Rechercher dans ce blog

WORDLY GOODS

 

 WORDLY GOODS

 

Année : 1930
Pays : Etats-Unis
Genre : drame
Durée : 1 h 11 min.
Noir et blanc

Réalisateur : Phil ROSEN
Scénario : Scott LITTLETON, John GREY

Acteurs principaux :
James KIRKWOOD (John C. Tullock), Merna KENNEDY (Mary Thurston), Ferdinand SCHUMANN-HEINK (Jeff), Shannon DAY (Cassie), Eddie FETHERSTON (Jimmy)

Photographie : Herbert KIRKPATRICK
Producteur : Trem CARR
Compagnie productrice : Trem Carr Pictures

Avions :

  • -Fokker F-10, NC8048
  • -Loening C-2H, en arrière plan
  • -Standard J-1

 

Notre avis :

Lors de la première guerre mondiale, l'industriel John C. Tullock apprend que l'armée n'est pas très satisfaite des performances de ses avions, mais il ignore cette information. En France, Jeff est gravement blessé après s'être écrasé avec un des ces "cercueils Tullock", comme on appelle les productions de Tullock. Il s'en sort avec une blessure à la tète qui le rend aveugle. Jeff demande alors à son meilleur ami d'avertir sa fiancée Mary, qui l'attend aux USA, qu'il est décédé, parce qu'il ne veut pas lui créer de problème. De retour au pays, Jeff trouve un emploi de mécanicien sur un aéroport appartenant curieusement à Tullock, un homme qu'il veut tuer pour se venger. Quant à Mary qui vit avec une amie, elle ne peut se consoler de la mort de Jeff. Tullock apprend alors que Jeff est devenu aveugle à cause d'un des ses avions et décide de l'aider en lui faisant retrouver la vue. Se faisant passer pour Mr Smith, il paie son opération. Jeff retrouve la vue, mais entretemps, Mary a fini par épouser Tullock qui l'aime ! Quand ce dernier invite à dîner Jeff chez lui, il lui présente sa femme…Mary et Jeff sont choqués. Peu après, Tullock a compris que Jeff et Mary se connaissaient depuis longtemps. Peu après, il prend son avion, piloté par Jeff, pour faire un tour au dessus de ses usines, gares et propriétés privées…Après avoir écrit une lettre où il souhaite bonne chance à Jeff et Mary, il se jette dans le vide !

On retrouve ici le classique trio amoureux, en l'occurrence, deux hommes, une femme, cher aux films d'aviation, sauf qu'ici, l'aviation a un rôle secondaire, et les avions un rôle de figurants.

Le suicide du milliardaire Tullock fait inévitablement penser à la mort du milliardaire belge Alfred Loewenstein, tombé de son avion (un trimoteur Fokker F.VIIa-3m, G-EBYI), le 4 juillet 1928, au dessus de la Manche, lors d'un vol entre Croydon et Bruxelles. L'enquête conclut à un accident, mais la thèse du suicide et même d'un crime, court toujours…Notons que quand on ouvrait la porte des toilettes du Fokker F.VIIa, elle fermait l'accès à la cabine; on pouvait ainsi, sans être vu des autres passagers (il y en avait quatre le 4 juillet, dont son secrétaire et son valet), ouvrir, avec force, contre un vent relatif de 170 km/h (la vitesse de croisière du Fokker), la porte de l'avion, située en face. Les enquêteurs anglais ne réussirent, en vol, qu'à entrouvrir la porte de 15 cm…Notons qu'elle était munie d'un large hublot rectangulaire; en outre, pour rentrer dans la cabine, il fallait tirer la porte des toilettes et non la pousser, comme la porte de l'avion. Il fallait donc être vraiment très distrait pour la confondre avec celle des toilettes. Donc, les thèses du suicide et du meurtre sont les plus vraisemblables.

Le tournage eut lieu, en partie, sur l'aéroport d'Alhambra où était basée la compagnie Western Air Express Air Mail qui exploitait, entre autres, la version agrandie du Fokker F.VII, le F.10.

 

Les avions du film:

Au début du film, Jeff fait de la voltige avec un Standard J-1 tout blanc décoré d'une cocarde anglaise ou française peu réglementaire. On remarque que l'avion n'a pas son moteur d'origine et que les câbles reliant les bouts d'ailes ont été remplacés par des mâts, ce qui indique que l'avion servait pour des wings walkers.

L'avion de Tullock est un Fokker F-10 fourni par la compagnie Western Air Express (WAE) qui travailla avec Hollywood pour le tournage d'au  moins six films, au début des années 30. On aperçoit les initiales de la compagnie sous l'aile droite, puis plus tard (avec plus de difficulté…), quand il est en vol, son matricule : "NC8048" (c/n 1005) sur l'aile droite. Construit en 1929, il assura des liaisons entre Los Angeles et Kansas City (MO), mais, la plupart du temps, il était affecté à la ligne Los Angeles-San Francisco. Il fut également exploité, par Transcontinental Air Transport (TAT) qui fusionna avec WAE en 1931 pour former Transcontinental & Western Airlines (TWA). On ne sait rien de son sort, mais sa carrière dut être courte, les Fokker F-10 n'ayant plus la cote, après un grave accident survenu à l'un d'eux, en 1931.

La reconstitution en studio de la cabine de l'avion est très inexacte (avec table de salon en bois…) et comme à chaque fois, bien trop grande. La cabine du Fokker de deux mètres de large ne permettait que deux fauteuils de front, avec une allée étroite.

Dans le hangar où est garé le Fokker, on distingue, en arrière plan, un amphibie  Loening C-2H Air Yacht, un des deux de Western Air Express (N135H ou N9773), vu sa décoration. Ces avions faisaient la navette (de 1928 à 1932) entre Alhambra et Avalon, sur l'île de Santa Catalina.

 

Christian Santoir

 *Film disponible sur YouTube et amazon.fr

Enregistrer un commentaire

Copyright © Aeromovies. Designed by OddThemes