Rechercher dans ce blog

THE LOST MISSILE

  THE LOST MISSILE

 

Année :1958
Pays : Etats-Unis
Durée : 1 h 10 min.
Genre : Science-fiction
Noir et blanc

Réalisateurs : Lester Wm. BERKE, William BERKE
Scénario : John McPARTLAND, Jerome BIXBY

Acteurs principaux :
Robert LOGGIA 'Dr. David Loring), Ellen PARKER (Joan Wood), Phillip PINE (Dr. Joe Freed), Larry KERR (General Barr), Marilee EARLE (Ella Freed)

Musique : Gerald FRIED
Photographie : Kenneth PEACH
Producteurs : William BERKE, Lee GORDON
Compagnie productrice : William Berke Productions Inc.

Aéronefs :

  • - Avro Canada CF-100 Canuck
  • - Bell H-13 Sioux
  • - Boeing B-47B Stratojet
  • - Boeing B-52D Stratofortress
  • - Boeing KC-97 Stratotanker
  • - Canadair CL-13 Mk 4
  • - Convair F-102 Delta Dagger
  • - Convair B-36 Peacemaker
  • - Douglas DC-7
  • - Douglas A3D-2 Skywarrior
  • - Gloster Meteor F.8
  • - Grumman F9F Cougar
  • - Grumman F11F Tiger
  • - Hawker Hunter
  • - Lockheed RC-121C Warning Star
  • - Lockheed F-94B/C Starfire
  • - North American F-86D Sabre Dog
  • - North American F-86 Sabre
  • - North American F-100C Super Sabre
  • - Northrop F-89C/D/H Scorpion
  • - Republic F-84 Thunderjet
  • - Republic F-84F-35-RE Thunderstreak
  • - Vought F-8A Crusader

 

Notre avis :

Sorti en pleine guerre froide, ce film de science-fiction met en valeur le travail important effectué par les scientifiques et les militaires pour la protection de la nation américaine contre des menaces extérieures. La production reçut la collaboration du Département de la Défense, de l'USAF et l'US Navy, remerciés dès le début du générique.

Le film est une sorte de répétition générale de ce que l'on attendait d'une attaque nucléaire (déjà vécue par les Japonais en 1945…). Bien que le missile "perdu" soit visiblement venu de l'espace, la menace soviétique transpire tout au long du scenario, même si, dans le film, les autorités soviétiques déclarent ignorer l'origine de cet engin spatial.

Un missile mystérieux venu du fin fond de l'espace approche de la terre. Les fusées envoyése contre lui, explosent en s'approchant. Si elles ne le stoppent pas, elles le dévient et il se met en orbite basse, à moins de cinq miles d'altitude. Il commence alors son parcours dévastateur, dans le nord du Canada. Des jets sont envoyés à sa rencontre sans pouvoir le stopper. Toutes les munitions envoyées explosent à cause de la chaleur que le missile répand autour de lui, avant d'être parvenues à proximité. New-York est sur le point d'être détruite dans environ une heure ! Le Dr. David Loring, est un scientifique qui a conçu une ogive nucléaire pour un nouveau missile appelé "Jove". Il envisage d'épouser son assistante, Joan, le jour de l'arrivée du missile. L'associé de David, Joe, a sa femme qui est sur le point d'accoucher et n'a qu'un souci, la rejoindre, en abandonnant son travail. Les enfants de New-York sont évacués, alors que habitants se terrent dans des abris souterrains. David convainc un général de l'US Army de lancer Jove contre le missile. Lui seul, de par sa vitesse, peut dépasser la barrière de chaleur et détonner sur l'engin. Entretemps, la capitale du Canada, Ottawa, survolée par le missile, est entièrement calcinée. Alors que David emmène l'ogive nucléaire vers le site de lancement, des voyous s'emparent de sa Jeep. Mais les radiations les tuent rapidement après qu'ils aient ouvert le coffre contenant l'ogive. David peut récupérer sa Jeep, mais il est exposé à une forte dose de radiations. En très peu de temps, il parvient à la base et charge l'ogive au sommet de la fusée, puis il expire. La fusée est aussitôt lancée. Le missile venu de l'espace explose au dessus du lac Champlain. A New-York, les gens sortent des abris, les rues s'animent, la vie reprend son cours…

Le missile venu de l'espace, volant à 5 400 km/h à une altitude inférieure à 8 000 mètres, détruit tout sur terre (foret, maisons, villes, statons radar…), rien que par son survol, du fait de sa radioactivité, mais surtout d'une sorte de gigantesque "effet de souffle", ressenti en l'air comme au sol, qui propage une chaleur d'un "million" de degrés ! Il pulvérise ainsi les avions comme les fusées ou les roquettes envoyées contre lui. Le missile "perdu "est traité comme un problème purement terrestre.

Le missile "perdu", comme la fusée "Jove", s'inspirent du concept du missile de croisière propulsé par un moteur nucléaire. Il était identique à celui du SLAM (Supersonic Low Altitude Missile) conçu vers 1955, qui était en cours de fabrication au moment du tournage. En cas de guerre nucléaire, il était destiné à voler en dessous de la couverture radar ennemie à vitesse supersonique, afin de larguer des ogives thermonucléaires sur environ seize cibles. Le programme du SLAM fut abandonné le 1er juillet 1964. À ce moment, de sérieuses questions se posaient, concernant la viabilité du programme, en particulier sur le fait de devoir tester en vol un engin qui émettrait de copieuses quantités de rejets radioactifs sur son passage, en raison de son réacteur non blindé, mais également concernant son coût et son efficacité réels.

La DEW line, la ligne avancée d'alerte précoce, un réseau de radars construit en Alaska et dans le nord du Canada, montré en détail dans le film, avait été construite face à l'URSS et conçue pour détecter ses bombardiers. Le film montre aux spectateurs les avions et les moyens employés par les USA pour lutter contre ces bombardiers et non pas contre un missile de croisière ou balistique…

Les avions du film constituent une véritable armada aérienne provenant du Canada comme des Etats-Unis. On peut compter jusqu'a une trentaine de types d'appareils différents, vus uniquement sur des extraits de films d'archives, de stock footages, fournis par le Département de la Défense, mais aussi par l'USAF et l'US Navy, remerciés au tout début du générique. Ne disposant que d'un faible budget, la production ne pouvait tourner de vraies scènes aériennes avec de vrais avions. La qualité de ces documents est médiocre et leur manque de netteté interdit parfois toute identification précise. Ces bouts de films sont collés bout à bout, les mêmes avions étant mis parfois en alternance.

Néanmoins, la production utilisa, apparemment, un seul aéronef, vu au sol, lors d'une seule courte scène, un hélicoptère fourni par l'US Army, près duquel est filmé Robert Loggia, le principal acteur du film…

 

Les avions du film :

Ces avions sont de tous les types : intercepteurs, chasseurs-bombardiers, bombardiers stratégiques, avions de surveillance radar…On ne voit pas très bien ce les bombardiers viennent faire dans la chasse au missile, étant conçus pour bombarder le sol et pas les airs ! Quant aux chasseurs, attaquer un gigantesque missile volant à plus de 6 500 km/h avec leurs missiles air-air ou leurs roquettes, voire avec leurs canons, est totalement inutile. On voit donc ici que les militaires américains veulent montrer aux spectateurs leur "vitrine", le matériel dont disposaient l'USAF et l'US Navy en 1958 et qui étaient destiné principalement à les protéger de la menace soviétique (pour parler franc).

Malgré le nombre d'avions montrés, les scènes aériennes sont extrêmement courtes et ne durent en tout qu'environ huit minutes pour une heure dix de projection…

Les avions sont classés ci-dessous par ordre d'apparition :

  • -Le premier avion du film est un avion de surveillance radar, un Lockheed RC-121C Warning Star, vu en vol.
  •  -Un Northrop F-89C Scorpion "canadien" (la Royal Canadian Air Force ne compta pas de F-89 dans sa flotte), dont on a un aperçu restreint de la planche de bord, notamment de l'écran radar du pilote, est envoyé reconnaître le missile pris pour un "UFO/OVNI" s'approchant de sa position.
  • -Quand il vire à droite, il devient un Lockheed F-94B Starfire !
  • -Quand il envoie des roquettes sur le missile, il devient un North American F-86D Sabre Dog de l'USAF, ayant le code "FU-052" (du 68th FIS-Fighter Interceptor Squadon ?).
  • -Des Hawker Hunter de la "RCAF" (selon le commentateur) sont alertés à leur tour; le problème est que ce type de chasseur, lui non plus, n'équipa jamais la RCAF. Ce sont vraisemblablement des avions de la RAF vus de lors l'exercice de l'OTAN "Carte Blanche'" qui se tint en Allemagne de l'ouest, du 20 au 28 juin 1955 (voir sur YouTube).
  • -Des Canadair CL-13 Mk4 s'apprêtent également à décoller, mais ce sont en réalité, des appareils de la Polemikí Aeroporía (Armée de l'Air grecque), dont celui portant le code "161" ! Mais le Canadair suivant, portant le code "BB + 127" appartient bien à la RCAF. Il est vu, lui aussi, lors l'exercice de l'OTAN "Carte Blanche'".
  • -Réapparition des Hawker Hunter, vus lors de l'exercice "Carte Blanche".
  • -Décollage d'un Republic F-84 Thunderjet au milieu des CL-13 qui décollent (Cf. "Carte blanche").
  • -Deux Avro Canada CF-100 Canuck de la RCAF partent également à la recherche du missile.
  • -Plus tard, alors que le missile est à une heure de New-York, et que l'état major américain se croit en guerre, on fait décoller des Boeing B-52D Stratofortress. En arrière plan, sont parqués des Boeing KC-97 Stratotanker. On nous montre également l'intérieur du B-52, le cockpit, les postes du navigateur, du mécanicien…Ces avions appartiennent au SAC (Strategic Air Command) dont on voit l'emblème sur l'avant du fuselage de l'un d'entre eux, le "B-52D-35-BO (s/n 53-367, c/n 16846), un avion réformé en 1966.
  • -Mais ce sont des Convair B-36J Peacemaker qui décollent, suivis par les B-52. En 1958, le B-36 était en train d'être retiré du service, le dernier l'étant le 12 février 1959.
  • -Des Boeing B-47E Stratojet les suivent.
  • -Apparaît un Canadair Sabre Mk.5 solitaire, portant l'insigne du "Wildcats Squadron" du 438e Escadron de chasse "Ville de Montréal/City of Montreal" qui utilisa des Canadair Sabre entre octobre 1956 et novembre 1958.
  • -Un Douglas DC-7 d'American Airlines. Est parqué devant le terminal de l'aéroport de New York-La Guardia, où les vols sont inscrits à la craie, sur le panneau des arrivées…
  • -Deux Gloster Meteor F.8. soit-disant de la RCAF(apparaissent dans le ciel. Mais la RCAF n'en eut que 4, entre 1945 et 1955, des Gloster Type G.41D Meteor Mk. III, IV et VII, mais pas de F.8. Ce type d'appareils ne fut jamais incorporé dans une unité opérationnelle et servit seulement pour des essais. Ce serait donc plutôt un F.8 de la RAF, vus ses marques de fuselage (Cf. Carte Blanche),. Juste après, on revoit le Canadair Mk.5 du Wildact Squadron.
  • -Le Dr Loring se précipite pour retrouver le général Barr qui s'apprête à embarquer dans un hélicoptère Bell OH-13 Sioux, de l'US Army. C'est sans doute le seul appareil filmé au sol, moteur tournant, par la production…
  • -Les Gloster Meteor de la "RCAF", déjà vus précédemment, s'apprêtent à intercepter le missile. Leurs images sont mélangées avec celles du Canadair du Wildcta Squadron, de quatre Republic F-84 Thunderjet et d'un seul Republic F-84F Thunderstreak, des avions qui n'équipèrent pas la RCAF.
  • -Scène de scramble montrant des pilotes de l'USAF courant vers leurs Lockheed F-94B Starfire (dont le code "FA-85")
  • -On passe ensuite sur le porte-avions USS "Saratoga" (CVA-60) d’où décolle un Douglas A3D-2 Skywarrior (n° 4, code "EW" du VAH-3-Heavy Attack Squadron Three), avec un McDonnell F-3 Demon en arrière plan. Ces avions et les suivants ne sont pas forcément filmés sur l'USS "Saratoga".
  • -Un McDonnell F-3H Demon est catapulté devant des Grumman F9F-8B Cougar parqués sur le côté et portant le tail code "O" (dont le n° 307) du VF-81 "Sunliners", un escadron de chasseurs tous temps.
  • -Catapultage d'un Grumman F11F Tiger, un type de chasseur livré à l'US Navy en mars 1957.
  • -Catapultage de plusieurs Vought F-8A Crusader. La VF-32 de l'USS "Saratoga" reçut ses Crusader à la fin de 1957. Mais l''avion du film pourrait être (vu la décoration de son nez) le prototype, le XF-8A, qui vola en 1955.
  • -Des pilotes se précipitent vers leur North American F-86F dont la décoration de la dérive les identifie comme des avions du 67 FBS, 18 FBW, scène filmée en Corée ! On peut distinguer le "FU-391" (s/n 52-4391) transféré en 1954 au 12th FBS (18th FBG).
  • - Des Lockheed F-94C Starfire s'apprêtent à décoller. On distingue le "FA-041" (s/n 50-1041), plus tard, le "FA-058" (s/n 50-1058) du 60th FIS, le "FA-029" (s/n 0-1029) et  le "FA-042" (s/n 1042) du 437th FIS. L'USAF retira ses F-94  du service en 1958.
  • -Des Republic F-84F Thunderstreak participent également à l'attaque. On distingue le "FS-031" 's/n 52-7031) qui appartenait en 1958 au 113th FS, de l'ANG de l'Indiana et qui se crashera en novembre de la même année prés de Brookley Field (AL). Il est garé à coté du "FS-004" (s/n 52-7004), qui appartint en 1953 au 405th FBW, puis au 3600th CCTW.( Combat Crew Training Wing), au 2235th ARFC (Air Reserve Flying Center), au 4510th CCTW et au 4510th CCTW, en 1958.
  • -On revoit les F-86D du 67th FBS déjà vus au décollage.
  • -Décollage de Northrop F-89D Scorpion, suivis par des North American F-100 Super Sabre, et un Convair F-102 Delta Dagger,
  • -Toute une flottille de F-100C Super Sabre (dont le "FW-973") se prépare à attaquer le missile en n'emportant que leurs réservoirs extérieurs…
  • -Des Northrop F-89D Scorpion lancent leurs 104 roquettes "Mighty Mouse" Mk 4 FFAR (Folding-Fin Aerial Rocket, roquette à empennage déployable), à partir des deux nacelles (pods) situées en bout d'aile..
  • -Un Northrop-89H tire ses missiles air–air Hughes AIM-4 Falcon, qui étaient accrochés à ses pods en bouts d'ailes.
  • -Un Northrop F-89A tire même avec ses six canons installés dans le nez. Ces canons furent supprimés sur le modèle F-89D.
  • -Un F-86D Sabre Dog lance ses roquettes. Il porte le code "FU-861" (sn 52-3861) et appartenait en 1955-1957, au 85th FIS.
  • -Un Lockheed F-94C Starfire fait de même.
  • -Un Convair F-102 Delta Dagger apparaît brièvement.
  • -Un Northrop F-89D Scorpion (s/n 51-11325) du 438th FIS (534th ADG). Il fut détruit en juillet 1954, en décollant de Kinross AFB (MI).
  • -Un North American F-86D qui appartenait peut-être au 16th FIS (51st FIW).
  • -Un Lockheed F-94B (code "FA-920", (s/n 50-920) disparait sous la fumée de ses roquettes !
  • -Un Convair F-102 Delta Dagger est aussi peu visible quand il tire ses roquettes.
  • -Un Republic F-84 Thunderjet et un  Republic F-84F Thunderstreak dégagent par la droite

Tout cet arsenal, tous ces tirs, ne servent à rien ! C'est pour cela que les Américains vont utiliser les missiles air-sol dont ils disposent. Mais le premier aperçu est un V-2 / A-4, lancé au début du film, non pas par les Américains, mais par des militaires d'allure soviétique. Il s'agit d'un missile sol-sol allemand employé pendant la seconde guerre mondiale contre Londres et la Belgique. Après la guerre, les Américains s'y intéressèrent et effectuèrent près d'une centaine de tirs avec des V-2 récupérés ou leurs copies, entre 1946 et 1952.

Vers la fin du film, on voit une batterie de missiles sol-air américaine, des Douglas MIM-3 Nike Ajax, présumés défendre New-York. Les Américains envoient également deux missiles (reproduits sous forme de maquettes) d'un type totalement inconnu.

 

Christian Santoir

 * Film disponible sur YouTube

Enregistrer un commentaire

Copyright © Aeromovies. Designed by OddThemes