Rechercher dans ce blog

L'HOMME QUI N'A JAMAIS EXISTE

 

 L'HOMME QUI N'A JAMAIS EXISTE

Vo. The man who never was

 

Année : 1956
Pays : Grande-Bretagne
Genre : guerre
Durée : 1 h 43 min.
Couleur

Réalisateur : Ronald NEAME
Scénario : Ewen MONTAGU, Nigel BALCHIN

Acteurs principaux :
Clifton WEBB (Lieutenant Commodore Ewen Montagu), Gloria GRAHAME (Lucy Sherwood), Robert FLEMYNG (Lieutenant George Acres), Joséphine GRIFFIN (Pam), Stephen BOYD (Patrick O'Reilly), Laurence NAISMITH (Amiral Cross), Geoffrey KEEN

Musique : Alan RAWSTHORNE
Photographie : Oswald MORRIS
Producteur : André HAKIM
Compagnie productrice : Sumar Productions

Avion :

  • -De Havilland DH. 98 Mosquito FB.VI

 

Notre avis :

En 1943, le lieutenant commander de la Royal Navy, Ewen Montagu, imagine un plan pour tromper les nazis au sujet de l'invasion prévue de l'Europe du sud. Il s'agit de larguer un cadavre aux larges des côtes espagnoles, où de forts courants ont de grandes chances de le faire échouer dans une zone où opère un agent secret allemand. Ce corps doit passer comme la victime d'un crash aérien, le major William Martin, qui transporte de faux documents à propos d'une invasion alliée de la Grèce occupée, plutôt que de la Sicile. Le temps est compté, mais malgré des difficultés, Montaigu reçoit l'autorisation d'accomplir son projet, l'"Opération Mincement". Le cadavre, après avoir été soigneusement préparé, est chargé à bord d'un sous-marin qui le met à l'eau, nuitamment, au large d'une plage espagnole. Comme espéré, il est retrouvé et remis aux autorités locales devant les représentants des consulats britannique et allemand. Après que la sacoche contenant les documents ait été renvoyée à Londres, des experts confirment que l'enveloppe renfermant les documents secrets a été ouverte et soigneusement refermée. Hitler est convaincu que ces documents sont vrais, bien que l'amiral Canaris, le chef de l'Abwehr, en doute. Il ordonne à Patrick O'Reilly, un espion irlandais pro-allemand, d'aller à Londres pour enquêter. Il doit retrouver Lucy Sherwood, la fiancé de Martin, dont la photographie était jointe à ses documents. Elle partage une chambre avec Pam, l'assistante de Montagu. O'Reilly se rend à leur adresse et se présente comme un vieil ami de Martin. Mais, le même jour, Lucy reçoit la nouvelle que son vrai petit ami, Joe, un pilote, a été tué lors d'une mission. Son profond chagrin convainc O'Reilly. Cependant, pour être plus sûr, il donne à Lucy sa véritable adresse, à Londres. Il avertit ensuite Berlin que s'il ne les contacté pas dans l'heure suivante, c'est qu'il aura été arrêté. Montagu est près à tomber dans le piège, mais réalise au dernier moment qu'il vaut mieux le laisser partir. O'Reilly peut donc envoyer son message à Berlin. Le Allemands transfèrent alors une grand partie de leurs forces basées en Sicile, en Grèce, faisant du plan de Montagu, un vrai succès. Après la guerre, Montagu va déposer la médaille qu'il a reçu pour cette opération, sur la tombe de l'"Homme qui n'a jamais existé".

Le film suit de prés les faits exacts, à part l'invention des personnages d'O'Reilly et de Lucy qui, eux aussi, n'ont jamais existé.

Le fait que le petit ami de Lucy, Joe,  soit un pilote, était une opportunité de voir au moins un avion dans ce film. Il y a en a trois, mais brièvement aperçus au sol (26 secondes…).

 

Les avions du film :

Trois Mosquito sont aperçus en arrière plan, quand Joe revient d'une missions au-dessus de Bruxelles. Ils portent un camouflage gris et vert sur les surfaces supérieures et gris, pour les surfaces inferieures. Ils ont un nez non vitré avec quatre mitrailleuses et ne comportent aucune soute susceptible de contenir des bombes ou des caméras. Ils ressemblent beaucoup à des Mosquito FB.VI. Aucun serial n'est visible, mais deux d'entre eux portent les codes "SG-" et "SB-F", qui sont des faux. Le code "SB" appartenait en 1943 et 1945, au 464 Squadron de la RAAF et au 2nd Tactical Air Force; "SG" fut en 1941 et 1942, le code de la 3 OTU, équipé de bimoteurs Whitley V.

Aucun Mosquito n'est vu en vol, l'un deux roule au sol, alors qu'un autre éteint se moteurs. En 1955, lors du tournage, aucun FB.VI n'était en service dans la RAF. L'origine de ces trois avions pourrait être la De Havilland Aircraft Company d'Hartfiel (Hertfordshire) où des Mosquito FB.VI étaient stockés, avant d'y recevoir des modifications et être exportés vers des pays qui utilisaient encore cet appareil dans leur force aérienne (Israël, Tchécoslovaquie, Turquie, Yougoslavie). Après avoir brillamment servi lors de la dernière guerre mondiale, le Mosquito était en fin de carrière au sein de la RAF, au moment de la sortie du film. Il était aussi connu que le Spitfire, mais n'eut pas du tout, la même carrière cinématographique…

 

Christian Santoir

*Film disponible sur amazon.fr

Enregistrer un commentaire

Copyright © Aeromovies. Designed by OddThemes