Rechercher dans ce blog

KÓBLIC

 

  KÓBLIC

 

Année : 2012
Pays : Argentine, Espagne
Genre : drame
Durée : 1 h 32 min.
Couleur

Réalisateur : Sebastián BORENSZTEIN
Scénario :
Sebastián BORENSZTEIN, Alejandro OCON

Acteurs principaux :
Ricardo DARIN (Koblic), Oscar MARTINEZ (Vellarde), Inma CUESTA (Nancy), Javier TORTAROLO (Werlinker), Agustín BELLUSCI (le docteur).

Musique :Federico JUSID
Photographie : Rodrigo PULPEIRO
Producteurs : Sebastián BORENSZTEIN, Agustin BOSSI, Pablo BOSSI, José IBAÑEZ, Axel KUSCHEVATZKY, Mikel LEJARZA
Compagnies productrices : Antena 3, Atresmedia Cine, Gloriamundi Producciones, Mogambo, Palermo films, Pampa Films, Televisión Federal (Telefe)

Avions :

  • -Cessna 205A, LV-IFP
  • -Piper PA-25-150  Pawnee, LV-WUA
  • -Short SC.7 Skyvan 

 

Notre avis :

De 1976 à 1983, l'Argentine fut gouvernée par une dictature militaire très répressive. Il y eut près de 30 000 "disparus", 15 000 fusillés, 9000 prisonniers politiques et 1.5 million d'exilés, sur 32 millions d'habitants. Diverses techniques de terreur étaient employées par les services secrets, notamment la noyade et les "vols de la mort" au-dessus du rio de la Plata. C'est justement cette dernière méthode qui est à l'origine du scénario de ce film.

Un pilote, capitaine de la Marine argentine, Tomas Koblic, est commandant de bord d'un avion cargo chargé d'effectuer ces vols de la mort où des prisonniers plus ou moins conscients sont jetés dans le vide; il n'en peut plus de ces procédés et il se révolte lors d'une "mission". Se sachant menacé, il prend la fuite pour aller se réfugier dans une petit village du sud du pays. Il s'y fait embaucher par un vieil ami, Alberto, qui dirige une société d'épandage agricole. Un jour, que son avion a une panne moteur, il choisit de se poser sur une route où il évite de peu une voiture. Celle-ci est conduite par le commissaire de police local, Vellarde…C'est un homme d’une autorité abusive et sans scrupules et qui prétend tout gouverner dans la localité. Il s'intéresse au cas de ce nouveau venu et lorsque qu'il découvre, par hasard, que le nouvel arrivant appartient à l'armée, il se demande si ce militaire, arrivant sans crier gare, n’est pas là pour enquêter sur lui… Entre temps, Tomas est tombé amoureux de Nancy, la caissière d'une station service qui est sous la coupe d’une brute épaisse, Omar, son patron, un ami de Vellarde. Le commissaire de police fait espionner Tomas par les gens qui le connaissent en les menaçant de les mettre en prison. Il envoie Omar, après lui avoir parlé de son casier judiciaire, assassiner Koblic. Quand Omar menace Koblic avec son pistolet , il est tué par le jeune mécanicien du terrain d'aviation. Vellarde tue alors Alberto. Koblic transporte son cadavre très loin du village et l'enterre, Ayant mis son uniforme de pilote, il se rend au commissariat et tue Verllarde dans la rue quand il lui fait face et au moment où il sortait son revolver. Mais trois complices arrivent au terrain pour tuer Koblic. Mais, aidé du jeune mécanicien, il les attendait et les neutralisent avec du gaz.  Puis ils les mettent évanouis dans un avion. En plein vol, après avoir branché le pilote automatique, ils sautent en parachute les abandonnant à leur sort. Koblic revient au village où Nancy l'attend..

On ne sait ce qui se passe ensuite; où partent-ils, que va-t'il leur arriver ? Au milieu des années 1970, au Chili, en Bolivie, au Brésil, au Paraguay et en Uruguay, avec le soutien tacite des États-Unis, les dictatures militaires alors en place éliminaient les dissidents politiques et envoyaient même des agents secrets les poursuivre et les assassiner jusqu'en Europe (France, Italie, Portugal, Espagne...) et même aux États-Unis.

Ce film ressemble quelque peu à un western : les grands espaces, le shérif véreux et sans scrupule qui tient un village sous sa coupe, la femme abusée qui aimerait bien qu’on vienne la délivrer, l’homme solitaire venu d’ailleurs qui débarque et qui pourrait être le justicier tant attendu, la façon dont Koblic tue Vellarde, dans un duel face à face, dans une rue désertée...

Si les avions ont une certaine importance dans le film, on trouve quand même quelques épisodes équestres, Nancy montant un cheval pour les trajets qu’elle effectue pour venir voir Koblic. Mais le réalisateur choisit de centrer le scénario sur un homme placé dans une situation qui l’oblige à fuir, plutôt que de faire un film sur les "vols de la mort".

Le tournage eut lieu à Vagues (état de Buenos Aires), mais seul le nom d'une société fictive (Aeroaplicaciones Tejero-Services aériens Tejero) est inscrit sur le hangar du terrain. L'aéroclub "Abatroz" de San Andres de Giles, situé plus au sud, est par contre cité dans le générique de fin, mais ses hangars ne correspondent pas au hangar à toit arrondi de "Tejero", que l'on ne trouve que sur le terrain de San Antonio de Areco, autre localité citée dans le générique.

 

Les avions du film :

Le cargo à partir duquel sont jetés dans le vide les prisonniers est le premier avion du film. Mais filmé de nuit sur l'aéroport espagnol de Madrid-Cuatros Vientos et à l'intérieur seulement, il est presque impossible de le reconnaître. Son cockpit aperçu ne correspond, en rien à un Lockheed C-130 en service dans l'armée de l'air argentine, en 1977, comme en 2012. Par contre, il ressemble à celui d'un Shorts SC.7 Skyvan, comme l'avion cité dans le générique de fin, employé par l'équipe de tournage opérant en Espagne; il appartenait à la flotte de la compagnie tchèque Pink Aviation Sro. spécialisée dans le largage de parachutistes et dont les avions sont immatriculés en Autriche (code "OE-")…

La société fictive "Tejero" possède deux avions qui sont filmé au sol et en vol. Son Piper Pawnee (LV-WUA), un monoplace spécialisé dans l'épandage de produits chimiques, appartenait en réalité à la société Sada Fumigaciones aéreas basée à San Antonio de Areco et citée dans le générique de fin. Cet avion ne figure plus sur les registres récents.

L'autre avion est un Cessna 205A (LV-IFP c/n 205-0479). En juin 2013, cet avion appartenait à la C.E.P.A (Club Escuela de Paracaidistas Argentinos), une école de parachutage basée à Fortin Lobos (à 120 km au sud de San Antonio de Areco). En 2019, il n'avait pas changé de propriétaire.

 

Christian Santoir

* Film disponible sur amazon.fr

 

Enregistrer un commentaire

Copyright © Aeromovies. Designed by OddThemes