Rechercher dans ce blog

ESLI ZAVTRA VOYNA

 

ESLI ZAVTRA VOYNA

Vo. Если завтра война...

(Si la guerre avait lieu...)

 

Année : 1938
Pays : URSS
Durée : 1 h 06 min.
Genre : drame
Noir et blanc

Réalisateurs : Lazar ANTSI-POLOVSKIY, Georgiy BERYOZKO, Efim DZIGAN, Nikolay KARMAZINSKIY
Scénario : Georgiy BERYOZKO, Efim DZIGAN, Mikhail SVETLOV

Acteurs principaux :
Inna FYODOROVA   (la femme du commandant), Vsevolod SANAEV (un soldat), Seraphim KOZMINSKY (commandant de la brigade)

Musique : Daniil POKRAS, Dmitri POKRAS
Photographie : Evgenij EFIMOV
Compagnie productrice : Mosfilm

Avions:

  • -Tupolev TB-3 images d'archives
  • -Tupolev TB-1, idem
  • -Tupolev I-4, idem
  • -Polikarpov I-5, idem
  • -Polikarpov I-3, idem
  • -Polikarpov I-16, idem
  • -Polikarpov R-5, idem
  • -Polikarpov U-2

 

Notre avis :

Il s'agit là d'un film de pure propagande qui fait partie d'une douzaine de films analogues, parus en URSS, entre 1936 et 1939, comme "Rodina zovet" (1936), "Eskadrilya n°5" (1939), ayant pour cadre un affrontement direct avec l'Allemagne, ou un pays lui ressemblant. Les services de propagande soviétiques étaient très actifs, Lénine ayant déclaré que "de tous les arts, le cinéma est le plus important pour nous". Goebbels aurait pu dire la même chose…

Le titre du film, contient l'idée principale du scenario; l'URSS, comme toute société totalitaire, doit se préparer à la guerre, qui peut éclater n'importe quand. Cela permet de maintenir le peuple sous contrôle permanent.

Le film commence par nous montrer une société faisant la fête, les Soviétiques déambulant dans les rues, en chantant, bras dessus, bras dessous, faisant du canoë sur un lac, alors qu'éclatent partout des feux d'artifice; bref, on est dans un vrai paradis communiste ! Pendant ce temps, sur la frontière, les choses sont en train de bouger. Un pays impérialiste voisin se prépare à envahir nuitamment l'URSS. Les garde-frontières sont les premiers à intervenir. Pendant qu'ils freinent les envahisseurs, à l'arrière, la mobilisation est décrétée. Les jeunes hommes, mais aussi, les vieux, les femmes et même les enfants, veulent se porter volontaires pour combattre. Une contre offensive a lieu avec l'utilisation massive de l'infanterie, des chars, de la cavalerie, de l'aviation et même de la marine. Dans le pays des envahisseurs, suite à l'arrêt de l'offensive, le peuple opprimé va se soulever contre le gouvernement impérialiste, ce qui va mettre fin au conflit dont les responsables sont en fuite.

L'URSS considérait effectivement que la victoire viendrait du soulèvement des peuples opprimés par le nazisme ou le capitalisme. Finalement, l'URSS, qui espérait étendre le communisme à toute l'Europe de l'ouest (pour commencer…), ne l'imposa qu'au pays d'Europe de l'est, qu'elle avait occupés à la fin de la guerre, sans l'adhésion des populations…

Dans les sociétés d'avant-guerre, régnaient des sentiments patriotiques exacerbés, qui ont préparé les gens à un éventuel affrontement. La société militarisée est une caractéristique distinctive des régimes totalitaires. La même chose s'est produite dans l'Allemagne nazie.

Avec du recul, après la seconde guerre mondiale, ce film, en forme de documentaire historique, peut apparaitre plutôt comique, mais en 1938, tout fut pris au sérieux.

Qui sont les assaillants ? Les soldats ennemis parlent Allemand, portent des uniformes et des casques français, les officiers ont des casquettes anglaises…Ils se déplacent de l'ouest vers l'est, et les forces soviétiques, en sens inverse, naturellement.

Les images des combats sont issues d'un documentaire filmé lors des exercices militaires du district militaire de Kiev, en 1935. Le film met en scène les trois armes, avec de nombreux blindés. On assiste même à des combats de cavaliers, une vraie vue du passé, le rôle de la cavalerie ayant été remis en cause dès la première guerre mondiale.

Le film montre de nombreux avions de la VVS (Voyenno-Vozdushnye Sily), la Force aérienne de l'URSS, vus sur des bouts de documents filmés donnant un aperçu de la force aérienne soviétique, peu avant la guerre. Il faut avouer que la plupart de ces appareils sont obsolètes, bien que certains participèrent à la guerre, mais réduits à des rôles secondaires. L'URSS allait devoir, en pleine guerre, renouveler radicalement son matériel aérien.

Si l'Armée Rouge avait été bercée dans ce mythe de l'invincibilité, en faisant défiler des centaines de chars plus ou moins obsolètes (dix types différents vus dans le film, datant d'avant 1935, dont des Renault FT-17, de 1917 !) et des milliers d'hommes au pas, on comprend mieux qu'en juin 1941, les soldats soviétiques se soient débandés devant l'assaut allemand, en se repliant à l'arrière, sur des positions non préparées à l'avance…Les Soviétiques n'étaient pas prêts, contrairement à ce que veut dire le film. Le camarade Staline lui-même déclara n'avoir jamais soupçonné l'attaque allemande, alors que ses services de renseignement avaient décelé, depuis longtemps (juillet 1940), que les troupes allemandes se massaient le long des frontières de l'URSS. Les soldats soviétiques ne s'attendaient pas non plus à ce que l'ennemi nazi, qui avait conquis le Danemark, la Hollande, la Belgique et surtout la France (censée avoir, du moins sur le papier, la plus grande armée du monde), soit si fort et si bien entrainé.

 

Les avions du film :

Les premiers avions aperçus sont des maquettes de Tupolev TB-3, des bombardiers ennemis portant des svastikas lévogyres sous les ailes. On revoit plus tard, d'autres TB-3 4M-17, en vrai, filmé au sol ou en vol, du coté soviétique cette fois. On peut ainsi voir le cockpit du TB-3, ses postes de tir, tous en plein air, comme en 1914-18. Il avait été mis en service par la VVS en 1932 et les derniers furent utilisés jusqu'en 1942, pour diverses tâches.

On peut le voir dans son rôle de transport de parachutistes, même s'il semblait mal adapté à ce rôle. Il pouvait transporter jusqu'à 35 hommes qui devaient sortir par la porte, située à droite, monter sur l'aile en se tenant à une main courante fixée sur le fuselage, puis ils devaient se laisser glisser sur l'extrados, la main gauche sur la poignée d'ouverture du parachute, avant de se jeter dans le vide alors que l'avion croisait à 182 km/h...Cette scène est vue dans de nombreux documentaires. Les Russes et les Allemands furent les précurseurs du parachutisme militaire. On voit les avions portant, sur le gouvernail, les numéros "4" et "5", sans aune autre marques que celles de nationalité.

En l'air, ils sont suivis par des bombardiers bimoteurs Tupolev TB-1, un type mis en service en 1929 et qui fut remplacé par le TB-3. Malgré cela, il resta en service, sous une forme civile, jusqu'en 1948 !

Côté chasseurs, il y a des Polikarpov I-5, un biplan introduit en 1931, qui participa aux combats en 1941, comme chasseur-bombardier, les derniers étant réformés en février 1942. On voit le numéro "10".

Quelques chasseurs Tupolev I-4 apparaissent au loin. Deux sont vus de plus près quand ils survolent la ligne de front. C'était un avion totalement obsolète en 1938, car utilisé entre 1928 et 1933.

Un autre avion obsolète, est le chasseur Polikarpov I-3, un chasseur en service entre 1929 et 1933. On voit les avions portant les numéros "6", "7", "8", "4".

A côté de ces anciens, les monoplans Polikarpov I-16, sortis en 1934, apparaissent comme des avions modernes. Mais ils ne résistèrent pas aux premiers mois de la guerre, en 1941, face aux Messerschmitt Bf.109.

De nombreux Polikarpov R-5 apparaissent à l'écran. C'étaient des biplans de reconnaissance et de bombardement léger, mis en service en 1930 et qui furent utilisés comme bombardiers de nuit et avions de liaison, jusqu'en 1944.

Les deux camps semblent mettre en œuvre des Polikarpov U-2. L'un d'eux, un U-2 ennemi, a son fuselage arborant non pas un svastika mais un triskèle qui figure sur les casques des ennemis; il s'agirait donc d'un avion de l'armée de terre. Sorti en 1927, l'U-2 fut construit jusqu'en 1952. Pendant la guerre, il servit d'avion d'entraînement, de reconnaissance et même de bombardement léger, voire, de guerre psychologique (en maintenant éveillées les troupes ennemis, la nuit). Ce fut aussi la monture favorite des "sorcières de la nuit" (Cf. "V Nebe Nochnye Vedmy"-1981). On le voit dans le film, en train de répandre des gaz de combat. Les états-majors soviétiques, comme alliés, étaient persuadés que les gaz seraient employés dans le second conflit mondial, de façon encore plus systématique, que lors du premier.

Sur un terrain d'aviation ennemi on aperçoit des rangées de maquettes qui ressemblent beaucoup à des Fokker D.XXI. Trois autres modèles ressemblent même à des avions de course capitalistes, dignes de Gee Bee model Z…Après le passage des bombardiers soviétiques, les terrains ennemis sont jonchés de plusieurs épaves. L'une semble être celle d'un Polikarpov I-3, une autre est plus distinctement celle d'un Heinkel HD 37, qui a perdu ses ailes. Le HD 37 avait été construit en URSS en 1928 et mis en service comme "I-7", entre 1931 et 1934 seulement.

 

Christian Santoir

* Film disponible sur Youtube

 

Enregistrer un commentaire

Copyright © Aeromovies. Designed by OddThemes