Rechercher dans ce blog

DESCENTE VERS L'ENFER

  DESCENTE VERS L'ENFER

Vo. Crash : The mystery of flight 1501

 

Année : 1990
Pays : Etats-Unis
Genre : catastrophe
Durée : 2 h
Couleur

Réalisateur : Philip SAVILLE
Scénario : E. Arthur KEAN

Acteurs principaux :
Cheryl LADD (Diane Halstead),  Jeffrey DeMUNN (Scott Cody), Frederick COFFIN (Wes Goddard), Peter JURASIK (Bob Stanton), Jim METZLER (Spense Zolman), Jeff McCARTHY (Chet Harmon), Moira WALLEY-BECKETT (Pamela Hayes), Doug SHEEHAN (Greg Halstead), Gregory FEITH (Copilote Pasco)

Musique : Mark SNOW
Photographie : Paul LOHMANN
Producteur : Lee RAFNER
Compagnies productrices : Citadel Entertainment, Consolidated Entertainment, Schaefer/Karpf Productions

Aéronefs :

  • -Bell-47G
  • -Boeing 737-200, extr de doc.
  • -Boieng 737-300         "
  • -Boieng 737-400         "
  • -Douglas DC-9 / MD-80,   "
  • -LTV A-7D-10-CV Corsair II, en arrière plan

 

Notre avis :

Ce film s'étend sur l'enquête d'un accident aérien où, comme d'habitude, on cherche le responsable qui, en premier lieu, est le pilote, ce qui satisfait d'abord les compagnies aériennes comme les médias, toujours à la recherche d'une histoire dramatique susceptible de faire de l'audience. Mais ici, il y aura une cause secrète jamais divulguée.

Au début du film Diane et Greg Halstead arrivent à l'aéroport en discutant d'un projet qu'ils avaient abandonné. Greg est un commandant de bord de ConWest Airlines et s'apprête à partir pour San Francisco. Pendant ce temps, on charge dans l'avion de nombreuses valises, mais aussi une grosse malle jaune censée contenir du matériel électronique fragile, une barrique de produit chimique de lavage, plus d'autres bonbonnes. Le vol  1501 quitte Baltimore pour San Francisco et doit faire une escale à Kansa City. Mais lors de la check-list de départ, les pilotes constatent que le système hydraulique a un problème. Greg préfère retarder le vol, pour régler ce problème. Les passagers sont désappointés et un sénateur qui était à bord et qui a rendez-vous à Kansas City, préfère quitter l'avion pour prendre un autre vol. Le vol 1501 finit par décoller avec une heure et demi retard. Au-dessus de l'Ohio, la nuit, Greg reçoit un appel lui annonçant qu'il y a peut être une bombe à bord ! Il décide alors de se dérouter vers Dayton, un aéroport où la météo est très mauvaise. Lors de la descente, le contrôleur de Dayton l'avertit que, selon son radar, il se dirige tout droit sur une forte cellule orageuse, mais Greg constate sur son radar de bord, que son avion va éviter cet orage; il décide alors de conserver son cap. Mais c'est la tour qui avait raison. Le DC-9 entre dans de sévères turbulences. Puis l'un des réacteurs s'éteint et l'avion part en piqué à gauche. Il percute le sol et s'enflamme aussitôt. Les derniers mots de Greg ont été : "Nous n'avons plus de …". De retour chez elle, des employés de ConWest Airlines apprennent à Diane que l'avion de Greg s'est crashé à Dayton. Sur plus de 100 passagers, il n'y a que deux survivants, un passager et Greg. Bientôt le NTSB, le FBI et la CIA sont sur le lieu de l'accident. La CIA se dépêche de récupérer sa grosse malle jaune, considérée comme un matériel ultra secret…La supposée bombe à bord était censée viser le sénateur, un politicien très engagé. Les spéculations vont bon train sur les causes de l'accident. Diane est contactée par Scott Cody, le représentant du syndicat des pilotes de ligne qui propose de l'aider. Il lui signale que Greg est le premier suspect, puisqu'il n'a pas suivi les indications de la tour de contrôle. Un reporter, Spence Zolman, a senti qu'il y avait ici une bonne histoire à raconter. Il n'y avait pas de bombe à bord et le responsable est tout désigné. Cody trouve que la CIA espionnait l'avion en ayant embarqué un matériel de surveillance qui interférait avec le radar de bord lorsqu'il émettait. Mais cela ne peut été retenu pour l'enquête, ce matériel secret n'étant pas censé exister ! Entretemps, Greg meurt à l'hôpital et Diane déclare publiquement que son mari n'est absolument pas responsable de l'accident. Mais le reporter Zolman lui indique que son mari prenait des médicaments qui figurent sur la liste des produits non autorisés par la FAA. Pour lui, Diane ne pense qu'à conserver la pension de son mari et d'autres avantages. Diane continue à refuser de croire que son mari est responsable et fait tout pour découvrir la vérité. Avec l'aide d'experts et d'un ingénieur du laboratoire du NTSB, elle peut prouver qu'il y eut un feu à bord, qui s'est déclaré dans la soute de l'avion. En examinant le chargement, un expert a trouvé que dans la soute arrière se trouvaient des produits chimiques qui entrèrent en contact lors des fortes turbulences et qui provoquèrent un incendie explosif qui détruisit les commandes vol passant sous le plancher de la cabine. Greg n'avait plus les commandes de l'avion quelques instants avant l'impact. Le NTSB retient cette explication au grand soulagement de Diane dont le mari est libéré de toute responsabilité.

Curieusement, six ans plus tard, le 11 mai 1996, un DC-9 de la compagnie ValueJet (vol 592) s'écrasera dans les Everglades, suite à un incendie provoqué dans sa soute par des générateurs d'oxygène périmés mal désactivés. Le chef des enquêteurs de la NTSB, fut Greg Feith celui qui dans le film, joue le rôle du copilote de Greg Halstead. Il était déjà un enquêteur de la NTSB !

Plusieurs faits mènent effectivement à accuser Greg d'une faute de pilotage. Le premier est de n'avoir pas suivi les indications de la tour, même si c'est lui qui a le droit de décider. Ensuite, il déclare que c'est le moteur "2" s'est arrêté, alors que la reconstitution du crash avec les boites noires, montre bien que l'avion à viré à gauche avant l'impact; donc, il s'est trompé, ce devait être le moteur "1" qui a stoppé. Etait-il sous l'emprise de médicaments comme suggéré par le journaliste ? C'est l'équipement secret de la CIA qui a, en réalité, provoqué l'accident, en trompant le pilote et en conduisant l'avion tout droit dans le cœur de l'orage. Les très fortes turbulences subies ont provoqué indirectement l'incendie de la soute arrière et de son chargement dangereux. On ne sait d'ailleurs pas à quoi servait exactement ce matériel ultra secret. Ce n'est pas l'avion de ligne que la CIA voulait suivre, mais, a priori, plutôt le sénateur; une balise (moins grosse) aurait dû être placée dans son attaché-case ou sa poche !

Ce téléfilm a été réalisé principalement en studio et les quelque avions qu'on y voit sont extraits de bouts de documents filmés collés bout à bout. Aucun avion ne fut employé par la production excepté, peut être, pour les vues de l'intérieur de la cabine et du cockpit. Le crash intervient au bout de 15 minutes, et ensuite, tout se passe au sol.

Le tournage eut lieu de juillet à août 1990, sur l'ancien aéroport international de Stapleton, à Denver (CO), fermé en 1995, dont on voit la tour de contrôle, et sur la base de l'ANG de Buckley, à Aurora (CO).

 

Les avions du film :

Le premier avion du film est un Boeing 747-200, apparemment de la TWA, qui est en courte finale, sur l'aéroport de Denver-Stapleton. Puis, apparaissent, en train de rouler, un Boeing 737-400, suivi par un B737-200, ayant tous les deux les couleurs d'United Airlines.

Le vol 1501 de la compagnie ConWest Airlines sur la route Baltimore-Kansas City-San Francisco, est a priori un Douglas DC-9 ou un McDonnell Douglas MD-80, mais on ne le voit pratiquement pas…

Les passagers sont filmés dans une vraie cabine de DC-9 ou de  MD-82 (3+2 sièges en cabine éco, 2+2 en première). Les deux pilotes ont également été filmés dans un vrai cockpit de DC-9. Mais, au niveau du tableau de bord, si le bloc des manettes des gaz correspond parfaitement à l'avion, il n'en est pas de même pour les instruments. Ainsi, le panneau de contrôle du système hydraulique, situé devant le copilote, n'est pas conforme, comme les instruments entourant la commande de descente du train d'atterrissage. Le parebrise du cockpit, vu de l'extérieur, a été reconstitué en studio et diffère totalement de sa vue prise de l'intérieur (la vraie).

En plein orage, l'avion aperçu entre deux éclairs, est fort peu identifiable et ressemble vaguement à un DC-9. Quand l'avion se dirige vers la piste, on ne nous montre que des roues du train principal d'atterrissage d'un MD-82 d'American Airlines, et dès que le DC-9 décolle, il devient  un triréacteur, un Boeing 727 !

Une fois accidenté, l'épave de l'avion est naturellement méconnaissable, à part le cockpit qui, lui, a été préservé, mais il n'a rien à voir avec celui d'un DC-9. C'est à l'évidence un cockpit d'un bimoteur à hélice, un Convair 240 !

Diane se rend à Dayton dans un Boeing 707, dont on ne voit que ses moteurs, à travers un hublot, avec une vue du cockpit.

Plus tard, c'est un hélicoptère Bell 47G qui atterrit près du lieu du crash. Il est filmé de trop loin pour voir son matricule.

Le NTSB essaie le adar du DC-9 dans un hangar de l'Air National Guard du Colorado (citée dans le générique) sur la base de Buckley près d'Aurora (CO). Dans ce hangar, sont garés plusieurs Ling-Temco-Vought A-7D-10-CV Corsair II, de l'ANG du Colorado, portant le code "CO" sur la dérive et appartenant au 120th Tactical Fighter Squadron. Les A-7D furent en service avec l'ANG du Colorado de 1974 à 1992.

La cible du radar du DC-9 est un Convair C-131 Samaritan de l'US Air Force, parqué sur le tarmac.

Enfin, quand, à la fin du film, Diane lève les yeux au ciel, c'est pour apercevoir un Boeing 737-300, en train de prendre de l'altitude.  

 

Christian Santoir

 *Film disponible sur YouTube

Enregistrer un commentaire

Copyright © Aeromovies. Designed by OddThemes