Rechercher dans ce blog

DARK BLUE WORLD

DARK BLUE WORLD
Vo. Tmavomodr svût

 


Année : 2001
Pays : République tchèque
Durée : 1 h 51 min.
Genre ; guerre
Couleur

Réalisateur : Jan SVERAK
Scénario : Zdenek SVERAK

Principaux acteurs :
Ondfiej VETCH˘ (Frantisek Sláma), Krystof HADEK (Karel Vojtisek), Tara FITZGERALD (Susan), Charles DANCE (Wing Commander Bentley), Oldrich KAISER (Machat˘), David NOVOTNY (Bedrich Mrtv˘), Linda RYBOVA (Hanicka), Jaromír DULAVA (Kanka), Lukás KANTOR (Tom Tom), Radim FIALA (Sysel)

Musique : Andrej SOUKUP
Photo :Vladimir SMUTNY
Producteur : Eric ABRAHAM

         

Notre avis :

 Le 15 mars 1939, l’Allemagne envahit la Tchécoslovaquie (en fait la Bohéme et la Moravie, la Slovaquie s’étant déclarée indépendante le…14 mars) sans tirer un coup de feu. Les aviateurs tchéques doivent rendre leurs appareils et leur installations aux forces occupantes. De nombreux pilotes n’acceptent pas cette humiliation. 660 aviateurs tchèques et slovaques fuient à travers la Pologne afin de continuer le combat. Le gouvernement polonais, menacé par les nazis, ne reçoit pas de bon coeur cette arrivée d'aviateurs et les envoient en France. Lors de la guerre entre les Polonais et les Allemands alliés aux soviétiques, 90 aviateurs exilés participent au combat.

 Le film commence en 1950, dans un camp de prisonniers où ont été enfermés les pilotes retournés au pays, soupçonnés de collusion avec les capitalistes, selon une logique toute communiste. Le film se déroule en flashs-back alternant la vie du prisonnier Frantisek et sa vie antérieure, avant l’arrivée des Allemands, puis en Angleterre. Le lieutenant Frantizek et son jeune ami Karel avaient décidé de rejoindre la RAF. A leur arrivée en Angleterre, ils doivent recommencer leur entraînement depuis le début, apprendre les procédures anglaises et surtout, la langue que tous ne maîtrisaient pas bien. Dès leur première sortie, ils éprouvent leurs premières pertes. Karel est descendu mais réussit à atterrir près d’une ferme où il trouve une femme seule plus âgée que lui, Susan, dont il tombe immédiatement amoureux. Il present Susan à Frantisek qui lui aussi n’est pas insensible aux charmes de la belle anglaise.

 Karel est descendu une seconde fois lors de l’attaque d’un train, en France. Frantisek se pose à coté de lui pour le récupérer. Peu après, Karel se rend compte de la liaison que Frantisek entretient avec Susan et leur relations se dégradent. Quelques missions plus tard, c’est au tour de Frantisek d’être abattu au dessus de la Manche. Karel en voulant lui lancer son radeau pneumatique, percute l’eau et se tue. Le film se termine sur le retour de Frantisek en Tchécoslovaquie, après la guerre où il retrouve son ancienne petite amie mariée à un chef de gare, et son pays sous le joug d’une autre forme de totalitarisme qui aura la vie plus dure que le nazisme.

 L’héroïsme de ces hommes ne sera reconnu qu’au début des années quatre vingt dix, après la restauration de la démocratie dans le pays, aujourd’hui de nouveau divisé en deux, comme en 1939…Dans le film, on passe directement de  la Tchécoslovaquie à l’Angleterre, alors que la plupart des pilotes tchécoslovaques transitèrent par la France où sera reconstituée l’armée tchécoslovaque qui se battit pour la défense du territoire aux cotés de notre armée. Après la chute de la Pologne, les aviateurs tchèques et polonais fuient vers la Roumanie, puis vers  la France. En mai 1940 , il seront 786 intégrés dans les unités françaises. Dans l’Armée de l’Air, en 1940, un pilote sur huit est tchèque. Ils auront l’occasion de se faire la main sur des chasseurs modernes (Bloch 152, Curtiss H-74, Morane Saulnier 406 et Dewoitine D 520) et détruiront 129 appareils ennemis. Après la capitulation de la France, les militaires tchèques évacuent le pays en août 1940 et 932 aviateurs atteignent les côtes anglaises, certains, comme le capitaine Alois Vasatko, avec déjà un beau palmarès. Comme tout pilote étranger, ils durent repasser tous les tests de sélection selon les normes anglaises. L’exercice où on voit Frantisek commander une section de bicyclettes équipées d’ailes (!) est authentique et avait pour but d’apprendre aux cadets le vol en formation ; mais les vélocipèdes n’étaient pas équipées de radio comme dans le film !

 Deux scènes semblent invraisemblables. La première est elle où Frantisek atterrit dans un champ pour récupérer son ami Karel. Les deux repartent dans le même Spitfire dont le cockpit était très étroit ; la tête de Karel assis sur les genoux de son ami dépasse le pare brise. Un telle scène qui se réfère à de rares exemples, est assez fréquente dans les films d’aviation et on la retrouve dans « Dawn patrol » (1930), « Les géants du ciel » (1948), mais il s’agit dans ce dernier film d’un Thunderbolt, taillé pour une carrure de pilote yankee. Il paraîtrait néanmoins qu’il s’agit d’un fait réel concernant deux pilotes anglais dont l’un fut abattu en France lors d’une séance de strarfing. L’autre scène peu crédible est celle où Karel veut jeter son dinghy (type K) gonflable à son ami. Pour ce faire, il aurait dû déboucler son harnais et se lever, pour extirper le canot qui lui servait de coussin, tout en pilotant !

 DARK BLUE WORLD tourné en Tchécoslovaquie et en Afrique du sud, est non seulement très bien filmé et monté, mais se caractérise aussi par une utilisation très judicieuse de l’image de synthèse qui n’encombre pas l’écran (jamais de gros plans, durée très courte), et sert uniquement à raccorder entre elles les scènes aériennes filmées. Celles ci sont « assistées » par l’image, et non remplacées par elle.

 Par ailleurs, ce film est tout en douceur et délicatesse, mélant nostalgie, humour et combat, malgré un thème tragique. Il se situe à mille milles des films de guerre américains. On succombe à son charme, slave bien sûr…

 

Les avions du film :

 Les quinze minutes de scènes aériennes ont été réalisées avec peu d’avions. Le tournage utilisa deux Spitfires en état de vol pilotés par Nigel Lamb (coordinateur des scènes aériennes), Robs Lamplough et Ray Hanna. Le tournage eut lieu sur la base de Hradcany au nord de Prague. Précisons tout d’abord que les escadrilles tchèques n’étaient pas équipées de Spitfire, mais de Hawker Hurricane lors de la bataille d’Angleterre. Mais la rareté des Hurricanes en état de vol, fit préférer les Spitfire plus nombreux.

 Le Spitfire de Robs Lamplough était un Mk VIII (MV154).construit à Southampton en 1944. Cet appareil fut envoyé en Australie où il servit avec les forces aériennes avant de finir dans une école de mécaniciens, puis il fut vendu à différents propriétaires. Lamplough le racheta en 1979 pour le restaurer sous l’immatriculation G-BKMI. Il fit son premier vol à Filton en mai 1994. En 2000, il servit pour le tournage de « Pearl Harbour » sous le matricule : AR654 (RF-T).

 L’autre Spitfire est un Mk V (BM597) appartenant à The Fighter Collection. Cet avion fut alloué un temps aux 315° et 317° escadrilles polonaises avant d’être accidenté gravement. En 1945, cet avion fut affecté à des unités de maintenance et servit de cellule d’instruction. Dans les années cinquante et jusqu’en 1979, il fut exposé à l’entrée de différentes bases. Il sera vendu successivement à la Tim Routsis Organisation Historic Flying Ltd, puis à l’Historic Aircraft Collection de Jersey en Octobre 1993, et revola le 20 Juillet 1997, sous le matricule G-MKVB. Il participa également en 2000  au tournage de « Pearl Harbor » sous le martricule AR352 (RF-C).

 Chaque heure de vol de ces appareils coûta 7 500 $ à la production, et chaque minute de tournage devait être exploitée au mieux.. Mais pour ce prix là, on a droit à des très belles scènes, dont celle de l’attaque du train, et en plus, au son du Rolls Royce Merlin qui est une vraie mélodie. Les autres Spitfire Mv V et VIII, vus au sol, sont des maquettes grandeur nature en fibre de verre, certaines « pilotées » par les acteurs et montées sur des camions lancés sur la piste. On utilisa également des maquettes radio commandées.

 Le film s’ouvre sur un Bücker 131 Jungmann où Frantisek explique à sa copine Hanicka installée en place avant, le maniement du manche à balai…Cet avion est aux couleurs des avions d’entraînement de l’armée de l’air tchèque. La société Tatra ne construisit sous licence que dix Bücker, sous le nom Tatra 131, dans l’attente d’une commande qui n’arriva jamais pour cause d’occupation. On en voit deux autres dans un hangar. Mais l’avion qui atterrit avec Karel aux commandes, malgré une certaine ressemblance, n’est pas un Bücker, mais un Kiebitz, un ULM construit en Allemagne.

 Le tournage utilisa également un North American B-25 qui servit d’avion caméra aux cotés d’un hélicoptère Mil Mi-8. On le voit atterrir sur un moteur. Cet appareil sans tourelle supérieure, ressemble à un CB-25J. Les vues aériennes de cet avion sont en images 3D dont la qualité d’ailleurs n’est pas très bonne, contrairement à celle du Heinkel 111.

 Les scènes de dogfights sont pour la plupart tirées de la « Bataille d’Angleterre » (1969) et c’est pourquoi l’immatriculation fictive des Spits « AI » est faite pour être identique à celle que l’on voit sur les avions de ce film. Les Messerschmitt Bf109E sont les HA. 1109 Buchon espagnols du même film. Enfin, de courts extraits ont été empruntés à « Memphis Belle » (1990).

 

 Christian Santoir

*Film disponible sur amazon.fr

 

Enregistrer un commentaire

Copyright © Aeromovies. Designed by OddThemes