Rechercher dans ce blog

ANGELS ONE FIVE

    ANGELS ONE FIVE

 

Année : 1952
Pays : Grande Bretagne
Genre : drame
Durée : 1 h 33 min.
Noir et blanc

 

Réalisateur : George More O'Ferrall
Scénario : Pelham Groom, Derek N. Twist

Acteurs principaux :
Jack Hawkins (Group Captain 'Tiger' Small), Michael Denison (Squadron Leader Peter Moon), Dulcie Gray (Nadine Clinton), John Gregson ('Septic' Baird), Cyril Raymond (Squadron Leader Barry Clinton), Veronica Hurst (Betty Carfax), Harold Goodwin (A.C. 2 Wailes), Norman Pierce ('Bonzo'), Geoffrey Keen (Sergent Major),

Musique : John Wooldridge
Photographie : Christopher >Challis
Conseiller technique : Wing Commander A.J.C. Pelham
Producteur : John W. Gossage<
Compagnie productrice ; Templar Prod.

 

Notre avis :

 "Angels one five" fut le premier film sur la Bataille d'Angleterre, sorti après la guerre. Son titre fait référence au jargon de la RAF qui, pour désigner une altitude de 15.000 pieds, emploie le terme "angels 15", plus facile et plus rapide à prononcer à la radio que :"altitude fifteen thousand feet"…Son scénario s'inspire d'une histoire originale de Derek Twist, un pilote vétéran de la guerre. Il fut aussi le premier tribut d'après guerre aux "first of the few" qui avaient été salués, dès 1942, par le film britannique, "First of the few " de Leslie Howard. C'est un film sur l'esprit de corps, le travail d'équipe, le devoir, qui ne fait que renforcer les clichés habituels attachés au "Spitfire summer" de 1940.

 L'histoire commence en juin 1940, sur la base de Neethley dans le Kent, commandée par le group captain "Tiger" Small. Son principal objectif est de préparer ses pilotes à la bataille qui s'annonce. Un pilote de remplacement, T. B. Baird, gêné par un autre appareil, s'écrase à l'atterrissage dans le jardin du bungalow du squadron leader Clinton, qui jouxte la piste. Baird rapidement surnommé "Septic" (à cause des initiales de ses prénoms : T.B. = tuberculose…), s'est légèrement blessé au cou; il est muté, malgré son mécontentement, à la salle des opérations, en attendant de retrouver tous ses moyens. Tiger explique à ses pilotes qu'ils sont les meilleurs, avec les meilleurs appareils et que la RAF dispose de radars et de salles de contrôle performants. L'attaque allemande sur l'Angleterre bat maintenant son plein. Les alertes se succèdent et les contrôleurs, dont "Septic" Baird, doivent assumer une lourde tâche. Plusieurs jours plus tard, alors qu'une attaque de la base est imminente, Tiger donne l'ordre de faire décoller tous les avions pour leur éviter d'être détruits au sol. Tous les pilotes disponibles sont appelés. "Septic" en profite pour quitter son poste, et se précipiter au terrain pour participer aux combats. La base est bombardée et la salle de contrôle, détruite. Quand Septic revient, il a descendu son premier Allemand. Il est fêté par ses camarades, mais le commandant de son escadrille le tance vertement. Pendant le combat, sa radio est restée sur émission et il a ainsi empêché les chasseurs qui rentrent, d'être redirigés sur un terrain non endommagé. Tiger doit lui rappeler que les exhibitions personnelles ne sont pas de mise, seule l'équipe compte; la discipline vaut autant que le courage et l'adresse. Malgré tout, Septic est réintégré dans son groupe, le Pimpernel Squadron, dont il devient un membre à part entière. La salle d'opération s'est transporté au village dan une arrière boutique. Lors d'une nouvelle alerte, Septic s'envole avec ses camarades. Ils sont attaqués par la chasse allemande et il est touché. Il ne peut ouvrir sa verrière bloquée. Ses dernières paroles sont diffusées par les haut parleurs de la salle d'opération…

 "Angels one five" n'est pas un grand film, mais comme tous ceux faits par les Anglais, il est bien réalisé et servi par des acteurs de qualité. Un des contrôleurs est joué par Ronald Adam qui, pendant la guerre était Squadron Leader et Group Controller à Hornchurch. Selon un choix délibéré, ou à cause des contraintes budgétaires, le film se focalise en fait, sur les hommes et les femmes restés au sol. Devant leurs écrans radar, dans les "ops rooms", ils guidaient les avions et permettaient aux faibles effectifs de combattre avec le maximum d'efficacité. Une grande partie du film se passe dans un centre de contrôle, où, au dessus des jeunes femmes affairées autour de la table lumineuse, les hauts parleurs diffusent les communications radios : "Pimpernel leader, proceed to angels one five".. " ten bandits, five o'clock ! Tally Ho !" etc...Entre les vagues d'attaque, ces dames, avec un flegme tout britannique, sortent leur tricot. Le film rappelle aussi que certaines salles de contrôle étaient vulnérables et que le personnel y était exposé. Il n'y avait pas beaucoup de planqués dans la RAF en 1940 !

 Ce film fut tourné sur la base de la RAF de Kenley, alias Neethley, dans le film. Cette base était une des principales bases du Fighter Command en 1940, et subit de fort dommages en août 1940. Quelques scènes furent également filmées sur la base d'Uxbridge, dans la salle de contrôle du 11st. Group qui datait de la guerre. Cette salle est toujours visible aujourd'hui.

 

Les avions du film :

 L'action en l'air est décrite, la plupart du temps, au moyen des messages radio échangés entre les pilotes et le centre des opérations, un artifice pratique et économique, mais qui n'arrange guère les amateurs d'avions…Ce film ne compte que cinq minutes de scènes aériennes. Paradoxalement, la production disposa pourtant d'une petite flotte de Hawker Hurricane.

 Vu le sujet du film, deux rares Hurricane furent prêtés par la RAF. Le Mk I (P2617) était stationné sur la base de Kenley. En 1944, cet avion avait été préservé à titre de témoignage. Il tourna aussi dans "Reach for the sky" (1956), et dans "Battle of Britain" (1969), au sol. Il est actuellement exposé au musée de la RAF à Hendon depuis 1972, avec le code AF-F. L'autre Hurricane Mk.1 (L1592) et un rescapé de la guerre et fut lui aussi conservé pour être exposé. En 1954, il était à la "RAF Air Historical Branch", de Stanmore. Il est depuis 1962, au Science Museum de South Kensington avec le code KW-Z.

 Un troisième Hurricane Mk.IIC (LF363, c/n 41H/469290) en état de vol, fut prêté par la firme Hawker. Il avait été livré à la RAF en 1944. Après la guerre, il fut affecté à diverses unités dont le 41 Squadron à Biggin Hill, en 1951. Puis, il rejoignit le "Battle of Britain Memorial Flight". Il fut restauré par Hawker et apparut dans plusieurs films dont "Reach for the sky" et "Battle of Britain". Gravement accidenté en 1991, et brûlé en grande partie, il subit une longue restauration et ne put revoler qu'en 1998. Portant le code YB-W, il fait partie aujourd'hui du "Battle of Britain Memorial Flight" à Coingsby airfield.

 Les scènes aériennes, principalement des décollages et des atterrissages ne furent pas effectuées par ces "monuments" nationaux. La production fit appel aux forces aériennes portugaises qui mirent en service le Hurricane entre 1943 et 1954. Les Portugais envoyèrent en Grande Bretagne cinq Hurricane Mk.IIc (N° 544, 554, 600, 601, 624). Le départ eut lieu le 13 juillet 1951 de la base d'Espinho. Les avions munis de réservoirs supplémentaires sous les ailes, se posèrent à Tangmere, après des escales à Logrono et Bordeaux. Le tournage eut lieu à Kenley du 20 au 27 juillet. On remarque que ces avions n'étaient pas équipés de leur quatre canons de 20 mm, pour ressembler à des Mark IIb de la bataille d'Angleterre..

 Les Hurricanes portent dans le film le code du 56 Squadron basé à North Weald (code US) pendant la bataille d'Angleterre. Mais on aperçoit parfois des Hurricane du 121 Squadron  (code AV), qui ne participa pas à la bataille. C'était un "eagle squadron" formé en mai 1941 avec des volontaires américains, pour combler, en partie, les pertes subies entre le 1° juillet et le 31 octobre 1940 (soit 544 pilotes).

 On constate que les cocardes anglaises sont tantôt du modèle 1940, tantôt du modèle 1942, tout au long du film.. Malgré ces imperfections, l'hommage rendu au Hurricane est justifié, car ils furent les plus nombreux à affronter les Allemands (1326 Hurricanes contre 957 Spitfires). Le Spitfire n'est pas absent du film. Il apparaît sur des documents d'actualité, et au sol, sur la base de Kenley/Neethley, quand Tiger et Septic se précipitent vers le même Hurricane.

 En arrière plan, au sol, on aperçoit un Avro Anson XII, peut être l'avion qui servit à filmer certaine scènes aériennes. A coté, sont parqués des avions d'entraînement North American Harvard, que l'on voit aussi rouler au sol.

 La première victoire de Septic est un chasseur de nuit Messerschmitt Bf-110 G4, identifiable grâce aux supports des antennes de son radar Lichtenstein, mais surtout, grâce à sa dérive où figure son numéro de fabrique (Wnr180850) et sur laquelle Septic est porté en triomphe. Cet avion fut transféré d'Allemagne au "Maintenance Unit" de la base de Sealand, en janvier 1946. En 1949, il était au "German Aircraft Force Equipment Centre" de Stanmore Park. Il fut ferraillé après le tournage, en 1952 !!

 Les autres appareils allemands n'apparaissent que sous la forme de maquettes, plutôt approximatives, de Messerschmitt Bf-109E et de Junkers Ju-88, à peine reconnaissables !

 

 Christian Santoir

  * Film disponible sur amazon.fr

 

Enregistrer un commentaire

Copyright © Aeromovies. Designed by OddThemes