Rechercher dans ce blog

ÖRJÁRAT AZ ÉGEN

 

 ÖRJÁRAT AZ ÉGEN

(La patrouille du ciel)

 

Année : 1970
Pays : Hongrie :
Genre : aventure
Durée : série de 4 épisodes de 52, 57, 
Noir et blanc

Réalisateur : Imre MIHALYFI
Scénario : Gábor DEME, Géza MOLNAR

Acteurs principaux :
Péter HUSZTI (Géza Létai), Lajos BALAZSOVITS (Gyula Dávid), Sándor SUKA (János Regős, instructeur de vol), Éva ALMASI (Kati Regős), Attila TYLL (lieutenant-colonel Polonyi), István AVAR (Major János "Totyi" Kocsis, commandant d'escadron), Ferenc ZENTHE (Major István Varga, commandant d'escadron)

Photographie : Miklós BIRO
Musique : Erzsébet ZSEDENYI (compilateur)
Compagnie productrice : Mafilm Military Studio Laboratory Film

Avions :

  • -Aero L-29 Delfin
  • -Antonov An-2, HA-AND
  • -Lisunov Li-2
  • -MiG-15 UTI
  • -MiG-15bis
  • -MiG-19PM
  • -MiG-21F-13
  • -MiG-21PF
  • -PZL 101A Gawron, HA-SBM
  • -Zlin Z-226T Trener 6, HA-TRG

 

Notre avis :

Cette petite série télévisée commence un peu comme un documentaire sur la formation des pilotes militaires hongrois, destiné à attirer de nouvelles recrues. Elle fut d'ailleurs réalisée  avec l'aide du Ministère de la Défense et produit par Mafilm Katonai studioban (Studio militaire Mafilm). Il y a donc un peu de propagande, ici et là, mais surtout, pas mal d'avions fournis par la Force de Défense aérienne (Honi Légiereje) dépendant en 1969 de l'armée populaire hongroise (Magyar Néphadsereg),

Il est très étonnant d'entendre, pendant le générique, la musique "adaptée", mais bien reconnaissable, d'Ennio Morricone (non cité), celle du film "Le bon, la brute et le truand" (1966), alors que trois MiG-15 évoluent au milieu des nuages ! Pourtant la série est loin d'être un western, c'est plutôt un "eastern", qui se passe en Europe de l'Est, derrière le "rideau de fer" et où le "truand" serait plutôt un espion, à la solde des capitalistes, comme il se doit.

Le premier épisode commence avec des cadets de l'école de pilotage de Szolnok, où deux amis, Géza Létai et Guyla Dávid passent leur premier test de voltige. Après les premiers tests, les cadets vont passer quelques jours ensemble, au bord de l'eau, pour y faire du canotage. Puis, ils partent à l'Institut médical aéronautique de Kecskemét pour y subir toutes sortes de tests d'aptitudes physiques. Leur formation comporte également un entraînement au parachutisme que certains n'apprécient guère.

Dans le second épisode, les cadets, en deuxième année, effectuent des vols d'entraînement sur des jets (déjà !). Létai est le premier des élèves à faire son vol solo. En raison de problèmes personnels, David a du mal à se concentrer et à exécuter les exercices qui lui sont confiés, mais le major Varga le soutient et il s'en sortira. D'autres élèves sont recalés et renvoyés, certains pour de simples raisons médicales. Pendant ce temps, Kati Regos, l'amie de Létai, fait du théâtre et même du cinéma. À la fin de leur formation, Létai et David, qui sont parmi les meilleurs, sont prêts à piloter un chasseur, le MiG-15, à leur grande satisfaction.

Dans le troisième épisode, les anciens élèves ont déjà le grade de lieutenant, occupant leurs premiers bureaux et nouveaux appartements de fonction. Alors qu'ils rejoignent leur affectation, ils rencontrent dans le train, un de leurs anciens professeurs de lycée, Beck, qui va les inviter, plus tard, chez lui, pour un barbecue. Pour la première fois, ils volent sur des MiG-21, lors de missions nocturnes d'entraînement et effectuent même une interception dans des conditions météorologiques difficiles Après un vol de nuit, Péter Juhász s'est écrasé au sol avec son avion, en sortant de la piste. On ne sait si c'est un accident ou un geste suicidaire, ce pilote ayant de graves problèmes de famille. Les nouveaux diplômés comme pilotes de combat, continuent de pratiquer, d'apprendre et d'être en service tous les jours et peuvent être déployés à des fins précises. Pendant ce temps, la relation entre Géza Létai et Kati Regős, qui est toujours passionnée par le théâtre, atteint également un tournant, et bien qu'ils aient des problèmes mineurs, ils se marient.

Le dernier et plus long épisode s'ouvre sur une présentation du nouvel avion supersonique, le MX.50, arrivé à la base, piloté par un Soviétique. Il est capable de détruire une cible ennemie à grande distance, dans toutes les conditions météorologiques, sans l'approcher. Il dépasse tous les types précédents en vitesse et en rayon d'action. Pas étonnant que des espions tentent d'obtenir des données sur l'appareil pour les faire passer à l'étranger. David et Létai, qui sont maintenant capitaines, vont être mêlés à une affaire d'espionnage. Le chef des services du contre espionnage, Hermann, et son équipe veulent découvrir l'espion qui fait partie des pilotes de chasse. Au cours de l'enquête, les soupçons se portent sur Létai, qui fait l'objet d'un chantage de la part de Beck, après un accident de la route, où Létai a embouti, de nuit, un véhicule de l'armée sans s'arrêter. Beck, devenu un agent secret, souhaite en savoir plus sur le nouveau chasseur "MX.50". Bien que se sachant soupçonné, Létai avertit la police militaire quand il découvre que Beck a été assassiné. A la fin de l'enquête, un informateur d'Herman est arrêté, ainsi qu'un pilote espion découvert par David. Ce dernier sera promu major, et pourra piloter le type MX.50, tout comme Létai qui n'a jamais trahi.

Les scènes aériennes de cette mini-série sont bien réalisées, malgré quelques irrégularités dans les procédures, en vol ou au sol, dues souvent à la nécessaire dramatisation des événements. C'est un lieutenant colonel qui fut le conseiller technique du film.

Le tournage eut lieu en 1969, sur la base de Szolnok, en utilisant plusieurs avions militaires en service à l'époque. Les deux premiers épisodes de la série ont été filmés au Collège Technique d'Aviation "György Kilián" de Skolnoz.

 

Les avions du film :

-Episode 1 :

Le principal avion de cet épisode est le Zlin Z-226T Trener 6, d'origine tchécoslovaque, sur lequel vole David. Il porte le matricule "HA-TRG" (c/n 348). Construit en 1959, il appartenait au MHSZ (Magyar Honvédelmi Szövetséget-Association hongroise des Sports de Défense). Il fut d'abord employé pour participer aux championnats du monde de voltige. Il participa ainsi, en août 1963, au Lockheed Aerobatic Trophy, à Coventry (UK). Il devint plus tard, comme dans le film, un avion de formation de base qui comprenait la formation à la voltige. Radié en 1973, il est exposé aujourd'hui au Közlekedési Muzeum de Budapest.

Mais la première image, très partielle, d'un avion, au début de l'épisode 1 (hors générique) est celle d'un PZL-101A Gawron, d'origine polonaise, dont on ne voit que les mâts d'aile avec un rétroviseur. Plus tard, on le voit garé ans un hangar ou à l'extérieur. Il est immatriculé HA-SBM (c/n 119295) et il appartenait à la MHSZ depuis août 1969. Il fut affecté en novembre 1997, à la section aéronautique du Ministère de l'Agriculture, pour des traitements agricoles (MER Rsz), basé sur le terrain de Békés. En avril 2007, il fut réaffecté au Müegyetemi Sportrepülö Egyesület (Association des pilotes de l'Université de Technologie, toujours basée à Békés. Il fut alors entièrement révisé. En février 2008, il fut mis en vente. Il fut acheté par la société Avia-Rent KFT de Budapest et employé pour larguer des parachutistes. Fin 2019, après avoir été vendu, il était basé à Tauranga, en Nouvelle-Zélande avec son matriciel hongrois qu'il n'avait plus en 2020, mais sans son nouveau matricule local.

En arrière plan apparait également l'Antonov An-2, "HA-AND" (c/n 1 G 2722)filmé du sol. Construit en 1962, cet An-2T appartenait à la MHS (Magyar Honvedelmi Szovetseg-Association de Défense de la Hongrie). Radié en novembre 1987, il fut vendu en décembre au musée Planes of Fame, de Chino (CA). Immatriculé N90400, puis NX90400 en avril 1987. Repeint comme un avion soviétique avec le code "05" jaune. En 2017, il était toujours exposé à l'extérieur en très piteux état. Il fut radié en juin 2018.

C'est un Antonov An-2 qui  largue des parachutistes (au sol) car en l'air, on voit (sur un extrait de film) un An-2 de l'armée de l'air soviétique qui a le code "12".

Plus tard, c'est d'un Lisunov Li-2, surnommé "Teve" (Chameau) en Hongrie, que les parachutistes sautent. Ils portent les étoiles hongroises et l'un d'eux a le code "109" (c/n 18433109). Il fut livré en tant que Li-2T aux troupes aéroportées de l'armée de l'air hongroise en septembre 1949 avec le code "S101" (non inscrit, seul son numéro de série 18433109 étant peint sur la dérive). En 1950/1951, il fut transformé en transport de passagers pour le gouvernement. En 1957, le Li-2P (version cargo convertible) fut affecté au Centre d'Etudes Régionales de Kecskemét avec le code "109", puis en 1958, au 87eme escadron composite au même endroit, qui devint, en 1968, le 87eme escadron d'hélicoptères. Réformé en 1974, il fut donné au Centre pour enfants et jeunes de Zánka. En 1975, il était exposé à l'extérieur et fut ferraillé en 1991.

Vers la fin de l'épisode on voit trois MiG-21F traverser le ciel.

 

-Episode 2 :

 L'Aero L-29 Delfin tchécoslovaque est l'avion de cet épisode où il apparait dès le début. Cet avion resta en service de 1964 à 1984. On en voit beaucoup filmés au sol avec les codes : "365" (c/n 591365), "379" (c/n 591379; transféré en août 1991, au musée de Szolnok), "373" (c/n 591373), "371" (c/n 591371; détruit en février 1976), "368" (c/n 591368)… On dispose de vues du cockpit, filmé de la place arrière, ainsi que de la planche de bord. L'avion ayant le numéro "253" (c/n 491253) est filmé également, en vol. Tous ces avions, comme els autres vus plus tard, portent l'étoile magyar tricolore, utilisée entre 1951 et 1990.

Dans un hangar, apparaît en arrière plan le MiG-15UTI  "201" (c/n 10993201). Pris en charge en 1955 et réformé en 1974, il fut stocké dans la collection privée, appelée le Roncs-Ranch, à Alsonemedi, entre 1998 et 2005, puis ferraillé en 2009. Un peu plus loin, deux mécaniciens travaillent sur un réacteur Klimov VK-1 qui équipait les MiG-15.

Le MiG-15 est le second avion de l'épisode, filmé principalement au sol. Une camera a cependant  été installée sur le dos de l'un d'entre eux, pour fournir des vues vers l'arrière (utilisées lors du générique, entre autres) et vers l'avant (on voit alors l'arrière du cockpit). Une autre caméra a été fixée sous le fuselage pour prendre des vues du train avant et du train principal, lors d'atterrissages ou de décollages (de l'Aero L-29, ou du MiG-21, notamment !). Sur l'avant de ce MiG-15, à l'atterrissage on entrevoit le code "*22" (822 ?).

On peut en distinguer plusieurs au sol :

  •  -MiG-15bis "809" (c/n 31530809; en service de 1953, à 1973: préservé à Szolnok)
  • -MiG-15bis "060" (c/n 3015360; en service de 1953 à 1975, notamment avec le 101ème Régiment de Reconnaissance; d'abord préservé au musée de Vecsés, il fut transféré au parc aérien d'Alsonemedi et a été ferraillé depuis.
  • -MiG-15bis "818" (c/n c/n 31530818; en service de 1953 à 1976; préservé à Vac).
  • -MiG-15bis "826" (c/n 31530826; en service de 1953 à 1972).
  • -MiG-15bis "350" (c/n 2315350; ancien appareil soviétique livré en 1963 et réformé en 1972; préservé au Bad Ischl Museum, en Autriche; exposé à l'extérieur, en 2013, en mauvais état.
  • -MiG-15bis "806" (c/n  c/n 31530806; en service de 1953 à 1972).

Le "350" et le "806", montrent sur l'arrière de leur fuselage; deux larges bandes (rouges) ajoutées en 1969, suite à l'invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes du Pacte de Varsovie. L'URSS craignait une intervention de l'OTAN, et les avions furent donc peints ainsi pour faciliter l'identification visuelle des avions alliés pénétrant dans l'espace aérien tchécoslovaque.

 

-Episode 3 :

C'est dans cet épisode que les MiG-21F apparaissent en grand nombre, mais pas toujours bien filmés, de nuit, par temps de pluie…Néanmoins, on a quelques vues rapprochées intéressantes comme celle du cockpit, qui nous permet de voir comment la verrière, qui s'ouvre vers l'avant (pour protéger le pilote du souffle de l'air, en cas d'éjection), se referme simplement en abaissant la tôle de protection située juste au-dessus du siège éjectable.

Ceux de l'épisode sont des MiG-21F-13 (F = Forsirovannyy (plus puissant), 13 = référence au système de missiles "K-13"). La plupart ont sous le fuselage un réservoir pendulaire, dit "supersonique", de 490 l. La Hongrie fut le premier pays du Pacte de Varsovie à recevoir ce modèle à partir de 1961. Le MiG-21PF-13 était alors l'avion de base du régiment de Kecskemét.

On distingue ceux ayant les codes :

  •  -"216"-MiG-21F-13 (c/n 741216; en service de 1961 à 1972, au sein du 59 HVRE (Régiment de Chasse tactique); vendu à la Syrie en 1973.
  • -"810"-MiG-21F-13 (c/n 741810 ; en service de 1962 à 1973, au sein du 59 HVRE; vendu à la Syrie en 1973.
  • -"816"-MiG-21F-13 (c/n 741816; en service de 1962 à 1981, au sein du 59 HVRE; réformé à Szolnok pour devenir une cellule de formation pour le personnel au sol de la même base.
  • -"817"-MiG-21F-13 (c/n 741817; en service de 1962 à 1981, au sein du 59; préservé à Gyulahaz.
  • -"909"-MiG-21F-13 (c/n 741909: 1962: en service de 1962 à 196, au sein du 59 HVRE; devenu une cellule d'entraînement au sol sur la base de Kecskemét où il est préservé.

Les MiG-21 sont lancés à la poursuite d'un avion non identifié qui s'avère porter les étoiles hongroises. Cet avion est un MiG-19PM, non identifiable, filmé uniquement de derrière et du dessus, en vol.

Dans son MiG-21, David change les fréquences radio sur la paroi de gauche du cockpit. En fait, le sélecteur radio se trouvait sur la paroi de droite, une paroi beaucoup plus "occupée" que ce que l'on voit dans ce cockpit, visiblement reconstitué en studio, et qui, avec sa lampe fixée au dessus de la manette des gaz, ressemble plus au cockpit d'un MiG-15.

On notera que deux épouses de pilotes écoutent en direct, sur leur poste de radio, les conversations entre la tour et les pilotes; il faut croire que ce poste de radio était équipé d'une bande VHF, ce qui n'est pas impossible, par contre, qu'il ait accès aux canaux militaires est plus étonnant.

 

 -Episode 4 :

C'est l'épisode le plus long, mais aussi le plus "parlant" et le moins "volant", les avions ne faisant que de courtes apparitions dans ce roman d'espionnage.

Sur un écran, au début de l'épisode, apparaissent deux MiG-21, avec les codes "305" et "1514".

Le "305" est un MiG-21F-13 (c/n 741305; en service de 1961 à 1981 avec le 59 HVRE; préservé à Budaors, exposé à l'extérieur en 2020). Il est dénommé "M.20" dans la série. On le compare, sur l'écran, avec le MiG-21PF, codé "1514" (c/n 761514; en service de 1965 à 1988, avec le 31 HVRE, à Taszar, puis, en 1977, avec le 59 HVRE, à Kecskemét où il fut réformé). L'appareil est exposé à l'extérieur, à Budaors..

Le "1514" est un MiG-21PF (P= Perekhvatchik (Intercepteur), F = Forsirovannyy (boosté)) qui était un développement du MiG-21F-13. Il fut produit à partir de 1962 et différait quelque peu du Mig-21F-13 : l'entrée du réacteur, plus puissant (6120 kgp maxi.), était plus grande, à cause d'un cône de nez plus grand pour y loger un radar rénové, la perche anémométrique était située au dessus et à droite de l'entrée d'air, la petite fenêtre arrière de la verrière était supprimée avec un nouveau dessin de l'arête dorsale qui renfermait deux réservoirs de carburant. On ne voit pas de conteneur de parachute de freinage au pied de la dérive, il s'agit donc d'un des premiers exemplaires construits. Il est armé, sous l'aile droite, d'un panier de roquettes et, sous l'aile gauche, d'un missile air-air K-5 à guidage infrarouge; il n'avait plus de canon. Il est dénommé "MX.50" dans la série. Les pilotes de ce modèle portent une combinaison anti-g Mig VKK-3M, avec un casque intégral GSH-4, un équipement destiné à de longs vols à haute altitude, dans une cabine non pressurisée. Le plafond pratique du PF était le même que celui du F-13, soit 19000 mètres. Les pilotes des MiG-21F-13, n'ont, dans la série, qu'un casque ZSH-3 et une combinaison plus légère. A la fin du film, le pilote arrêté porte un casque intégral GSH-4, marqué "ARMY"…

Selon les officiers hongrois, le "MX.50"est imbattable. Il peut détruire l'ennemi à une grande distance (50 km), avec une vitesse de pointe de 2500 km h, sauf que le missile K-5 n'avait qu'une portée de 2 à 6 km, et que le MiG-21PF ne dépassait pas 2175 km/h, à 13 000 mètres d'altitude. On fait donc ici de la publicité à un modèle de chasseur qui excite la convoitise des espions, mais qui était déjà quelque peu dépassé en 1970.

Dans le hangar, où est garé le MiG-21PF, on voit juste l'empennage d'un MiG-17F avec ses aérofreins déployés.

On assiste à l'atterrissage du MiG-21F-13 "822" (c/n 741822; en service de 1962 à 1981 avec le 31 HVRE de Taszla; réformé à Szolnok, où il est préservé), freiné par son parachute.

Vers la fin de la série, les MiG-21 F-13 "816", "305", "817", "216", "909", déjà vus dans l'épisode précédent décollent.

 

Christian Santoir

 *Série à visionner sur www.ok.ru/


Enregistrer un commentaire

Copyright © Aeromovies. Designed by OddThemes