Rechercher dans ce blog

LA NUIT DES GENERAUX


LA NUIT DES GENERAUX

Vo. The night of generals

 

Année : 1967
Pays : France, Grande Bretagne
Durée : 2 h 28 min.
Genre : policier
Couleur

 Réalisateur : Anatole LITVAK
Scénario : Joseph KESSEL, Paul DEHN

Acteurs principaux :
Peter O'TOOLE (Général Tanz), Omar SHARIF (Major Grau), Tom COURTENAY (Caporal Hartmann), Donald PLEASENCE (Général Kahlenberge), Joanna PETTET (Ulrike), Philippe NOIRET (Inspecteur Morand), Charles GRAY (Général von Seidlitz-Gabler).

Musique : Maurice JARRE
Photographie : Henri DECAË
Producteurs : Anatole LITVAK, Sam SPIEGEL
Compagnies productrices : Horizon Pictures, Filmsonor
 

Avions:

 

Notre avis :

Il s'agit ici d'une intrigue policière, mêlée à des faits historiques, qui se passe lors de la seconde guerre mondiale, en Pologne, puis en France, en 1944, au moment où la défaite de l'Allemagne se confirme. La dernière partie de l'histoire, avec son dénouement, a lieu, après la guerre, en Allemagne.

Le meurtre sadique d'une prostituée qui était également un agent allemand, dans la ville de Varsovie occupée, suscite l'intervention du major Grau de la police militaire. Son enquête le mène rapidement vers l'un des trois généraux allemands : le général von Seidlitz-Gabler, le général Kahlenberge, son chef d'Etat Major, et le général Tanz. Mais il est subitement   affecté par ces officiers à Paris…En juillet 1944 les quatre hommes s'y retrouvent, alors qu'un complot contre Hitler est en train de se tramer. Kahlenberge est y très impliqué, alors que Seidlitz-Gabler attend la fin de l'affaire. Quant à Tanz, il est farouchement fidele au führer. Dans la nuit du 19 juillet 1944, il ordonne à son chauffeur, Hartmann, de lui trouver une prostituée. Tanz la massacre et pour faire accuser Hartmann à sa place, il lui propose de l'argent et lui offre les moyens de s'enfuir. Il accepte. Quand Grau, devenu lieutenant colonel, apprend ce meurtre commis de la même façon que le premier, à Varsovie, il conclut que Tanz est le meurtrier. Mais le lendemain de l'assassinat, le 20 juillet, la tentative de tuer Hitler vient d'échouer. Alors que Gau accuse Tanz, celui-ci le tue et l'accuse de faire partie des conspirateurs. En 1965, le meurtre d'une prostituée à Hambourg, retient l'attention de l'inspecteur Morand d'Interpol, qui a une dette envers Grau qui ne l'a pas dénoncé pour faire partie de la résistance française, pendant la guerre. Il y un lien certain avec l'enquête de Grau en 1942. Morand rouvre l'enquête, trouvant une nouvelle relation avec le meurtre de 1944. Il commence à reconstituer les faits qui mettent hors de cause Kahlenberge ou Seidlitz-Gabler et retrouve un témoin clé qui connait le vrai tueur. Lors d'un dîner offert par l'ancienne division blindée de Tanz, en son honneur, alors qu'il avait été démobilisé après vingt ans d'une carrière de criminel de guerre, Morand le confronte à Hermann qui avait assisté à son second meurtre. Tanz se rend alors dans une salle vide et se suicide.

Ce frés bon film joué par de grands acteurs, où Peter O'Toole en fait peut être un peu trop,  n'est guère axé sur l'aviation et les avions y jouent un rôle très secondaire et très rapide.

Deux scènes aériennes y figurent, celle du mitraillage de la voiture du maréchal Rommel, le 17 juillet 1944, une scène déjà apparue dans "Le renard du désert" en 1951, et une scène filmée sur l'aéroport d' Hambourg.

 

Les avions du film :

C'est un Spitfire LF.IX, du bon type, qui est utilisé, pour filmer l'attaque de la voiture de Rommel, bien que, lors de la vraie attaque, il y eut deux avions. L'avion était piloté par Pierre Laureys, un  ancien du Groupe de Chasse "Île de France". Laureys l'avait également piloté pour "Le jour le plus long" en 1961, "Le train" en 1964 et dans "Triple Cross" en 1966. L'avion apparaît de face lors de ses deux passes, sans ses deux canons et ses mitrailleuses, remplacés ici par des lumières clignotantes, et sans les bandes de débarquement.

Il s'agit d'un Supermarine Spitfire LF.IXb, construit par Vickers-Armstrong s/n MH415 (c/n CBAF 5642). Il avait été acquis auprès de la société belge COGEA (OO-ARD), par Rousseau Aviation, de Dinard, entre 1961 et 1966, bien qu'il n'apparaisse pas sur le registre civil français... Il ne vola pas beaucoup, à part ces brèves apparitions dans les films, et resta parqué à l'extérieur durant plusieurs années. En 1966, il fut racheté par le captain Mahaddie de Film Aviation Services, d'Elstree, avec le matricule "G-AVDJ", en décembre 1966, et participa au tournage de "La bataille d'Angleterre". En 1969, en guise de paiement pour sa prestation, le Spitfire fut récupéré avec d'autres Spitfire et Hispano Aviación HA-1112 Buchon, par le pilote américain Wilson "Connie" Edwards et exporté à Big Springs (TX). Enregistré "N415MH" en juin 1972, l'avion fut restauré et vola avec l'ancien code "ZD-E" qu'il portait en 1943, dans la RAF ", celui du 222 Squadron. En fait, il ne vola pas beaucoup et fut stocké en 1995. Il fut vendu à Platinum Fighter Sales en octobre 2015 et exporté en Australie où il fut réceptionné par Vintage Fighter Restorations de Scone (Nouvelles Galles du Sud). Il appartenait à Warbirds Flight Club Pty d'Hunter Valley (Nouvelles Galles du Sud). Le 24 juin 2020, il était enregistré (G-AVDJ) au nom d'Air Leasing Ltd basé sur l'aéroport de Sywell, en Angleterre, pays qu'il rejoignit au début de l'année.

Des années plus tard, le général Kahlenberge atterrit sur le "Flughafen Hamburg", ou plus exactement sur l'aéroport de Paris-Orly (vu, la tour en arrière plan). Il débarque d'un  Boeing 707-321 N757PA de la Pan Am, au matricule bien visible sur le fuselage. Livré en mai 1961, il fut vendu an avril 1971, à British Midlands Airways (G-AYVE) et commença une longue carrière, loué à plusieurs compagnies : El Al (1972), Sudan Airways (1973), British Caledonian Airways (1974), Nigeria Airways (1974), EAA East African Airways (1975), SAAL Syrian Arab Airlines (1975), MAS Malaysian Airline System (1976), Sudan Airways (1976), EAA East African Airways (1977), Kuwait Airways (1977). En octobre 1978, il fut racheté par MSA Leasing (N432MA) et loué à Tampa Cargo en 1979. En avril 1980, il passa au nom de Jet Power Inc. de Miami (FL). Retiré du service en décembre 1983, il fut ferraillé par la suite.

 

Christian Santoir

*Film disponible sur amazon.fr

Enregistrer un commentaire

Copyright © Aeromovies. Designed by OddThemes