Rechercher dans ce blog

ISTAMBOUL

 

ISTAMBOUL

Vo. Istanbul

 

Année : 1957

Pays : Etats-Unis

Genre : drame

Durée: 1 h 24 min.

Couleur

 

Réalisateur : Joseph PEVNEY

Scénario : Barbara GRAY, Seton I. MILLER

 

Acteurs principaux :

Errol FLYNN (James Brennan), Cornell BORCHERS (Stephanie Bauer / Karen Fielding), John BENTLEY (inspecteur Nural), Torin THATCHER (Douglas Fielding), Leif ERICKSON (Charlie Boyle), Peggy KNUDSEN (Marge Boyle), Martin BENSON .(Mr. Darius), Nat 'King' COLE  (Danny Rice).

Musique : Irving GERTZ, Heinz ROEMHELD

Photographie : William H. DANIELS

Producteur : Albert J. COHEN

Compagnie productrice : Universal

 

Notre avis :

Ce film est considéré comme un remake de "Singapour" (1948) avec Ava Gardner et Fred MacMurray, mais ici, l'action se déroule en Turquie. Cependant on ne peut nier de fortes ressemblances avec "Casablanca" (1942) qui se déroule aussi dans une autre ville cosmopolite, lieu de tous les trafics...On y retrouve ainsi le personnage principal qu'un policier essaie de prendre en défaut et qui retrouve son ancienne amie au bras d'un autre homme, le pianiste noir chantant un air nostalgique (Nat King Cole), mais ici, les fameux visas de sortie ont été remplacés par des diamants. On pourrait ajouter que l'actrice principale du film, la lituanienne Cornell Borchers, n'est pas sans rappeler la suédoise, Ingrid Bergman. On l'avait vue avant dans "La ville écartelée" (1950) où elle jouait déjà une allemande, épouse d'un nazi, lors du blocus de Berlin par les Soviétiques.

Le film commence à Istamboul où débarque, Jim Brennan, après une absence de cinq ans. Il est aussitôt prié de se présenter devant l'officier des douanes, R.P. Nural. Bien qu'ancien officier de l'USAF, décoré pendant la guerre de Corée, Brennan est suspecté d'avoir trempé dans un trafic de diamants lors de son précédent séjour... Après que Nural lui ait précisé qu'il le tiendrait à l'œil, Brennan se rend à l'hôtel où il avait l'habitude de descendre. Au bar, il retrouve l'endroit où il avait rencontré un belle touriste allemande, Stephanie Bauer, dont il était tombé follement amoureux. Il se rappelle alors les événements s'étant passé cinq ans plus tôt. Il lui avait acheté un bracelet auprès d'un de ses amis, le marchand Aziz Raquim. Il avait découvert par hasard que ce bracelet cachait des diamants qu'il avait dissimulés dans le ventilateur de sa chambre. Après avoir demandé Stephanie en mariage, il avait été contacté par un certain Paul Renkov qui lui avait réclamé les diamants. Plus tard, il avait été attaqué dans la rue par des hommes qui l'avaient emmèné chez Darius, le patron de Renkov, qui lui avait de nouveau réclamé les bijoux. Comme il avait nié les avoir, on l'avait assommé. Un peu plus tard, Nural lui apprenait qu'Aziz avait été tué et qu'il était impliqué dans un vaste trafic de diamants. Jim avait alors convaincu Stephanie de partir avec lui à Paris, mais quand il s'était rendu à son appartement, celui-ci était en flammes et Stephanie était introuvable. De retour dans le présent, Jim a la surprise de revoir Stéphanie, à l'hôtel, mais celle-ci ne le reconnait pas et affirme s'appeler Karne Fielding, mariée à un riche anglais qui l'a trouvée, cinq ans plus tôt, errant dans la rue, après l'incendie de son immeuble. Stéphanie avant de partir pour Londres rend son bracelet à Jim et lui demande de lui raconter son passé, puis elle prend congé. Jim récupère les diamants cachés dans son ancienne chambre d'hôtel, mais comme Nural survient, il a juste le temps de les dissimuler dans les bagages d'un couple de touristes américains. Nural lui apprend que Stephanie a de nouveau disparu. Jim devinant qu'elle a été enlevée par Darius, se laisse emmener par ses hommes. Il retrouve en effet Stephanie, prisonnière dans un entrepôt. Il parvient à s'échapper avec elle, après avoir tué Darius et mis le feu au bâtiment. Il la ramène chez son mari. Le lendemain à l'aéroport, Jim rend les diamants à Nural qui avait entrepris de fouiller les bagages des Américains, et celui-ci le laisse partir. Stephanie arrive à l'aéroport alors que l'avion de Brennan vient de décoller. Son mari réalise qu'elle a retrouvé la mémoire et qu'elle aime Brennan. Nural, qui a vu la scène, ordonne à l'avion de revenir se poser à Istamboul…

"Istamboul" est une histoire d'amour plutôt bizarre dont on se rappellera surtout pour la présence d'un Errol Flynn vieillissant et encore plus, par la prestation du grand chanteur de charme, Nat King Cole qui y interprète deux chansons avec sa voix de velours.

Ce film n'est pas un film d'aviation, bien que le thème sous jacent soit la délicate réinsertion des pilotes de la guerre, dans la vie civile, un thème maintes fois traité à l'écran après chaque grande guerre (ici, la Corée). Mais à Istamboul, Brennan n'a guère de temps à consacrer à l'aviation, hélas…

 

Les avions du film :

A l'aéroport d'Istamboul-Yesilkoy, Jim Brennan descend d'un Douglas DC-6 "Skymaster" de Scandinavian Air System, l'"Algaut Viking". SAS desservait effectivement Istamboul avec escale à Munich, mais l'arrivée se faisait le soir. L'"Algaut Viking" (c/n 43122, SE-BDD) entra en service en juin 1948 et fut vendu en janvier 1961 à Aeronaves de Mexico (XA-NAL) qui le baptisa "Tariacuri" (un roi aztèque). Acquis en 1964 par la Fuerza Aérea Mexicana (ETP-10002), il fut transféré temporairement, en 1970, à la société nationale Petroleos Mexicanos (XC-DOU), puis retourné aux forces aériennes, en 1975. Il sera ferraillé sur la base de Santa Lucia en 1980.

Un peu plus tard, Jim, embauché par une compagnie de fret aérien, est censé piloter un Douglas C-47 jusqu'au Caire. La scène est vraisemblablement filmée sur l'aéroport de Long Beach, où l'on observe, en arrière plan, de nombreux Convair 340. Ce C-47A-35-DL (c/n 9715, s/n 42-23853, NC79077) blanc et noir, appartenait à la compagnie charter Bixby Airlines basée à Long Beach (CA). Il fut vendu à la fin des années cinquante à la petite compagnie régionale mexicaine Mario Orozco Lopez, de Guadalajara (XA-PUR), où on perd sa trace.

 

Christian Santoir

 * Filmdisponible sur YouTube

 

Enregistrer un commentaire

Copyright © Aeromovies. Designed by OddThemes