Rechercher dans ce blog

BLACK THUNDER

 

 BLACK THUNDER

 

Année : 1998
Pays : Etats-Unis
Genre : Action
Durée : 1 h 25 min.
Couleur
 

Réalisateur : Rick JACOBSON
Scénario : William C. MARTELL

Acteurs principaux :
Marcus AURELIUS (Hinkle), Catherine BELL (Lisa), Michael CAVANAUGH (Barnes), Michael DUDIKOFF (Vince), Frederic FORREST (Amiral), John FUREY (Moore), Landon HALL (Eileen), Gary HUDSON (Jannick)

Musique : David WURST, Eric WURST
Photographie : Michael G. WOJCIECHOWSKI
Producteur : Ashok AMRITRAJ, Andrew STEVENS

 

Notre avis :

Le scénario de ce film est passablement usé. Déjà, en 1941, la série américaine "Sky raiders" parlait du vol d'un prototype de chasseur ultra secret. Plus près de nous, on se souviendra de "Firefox" (1982), où un ancien pilote du Vietnam est recruté pour aller en URSS dérober un avion furtif très sophistiqué. Le titre rappelle inévitablement celui du film "Blue thunder" (Tonnerre de feu), sorti en 1983, bien que le scénario soit plutôt "inspiré" du téléfilm "Airwolf" (1985), une adaptation cinématographique de la série TV du même nom ("Supercopter" en Français) ayant pour vedette un hélicoptère aux caractéristiques pour le moins étonnantes…Ce thème sera repris tel quel dans "Vol d'enfer" (2007) et même le film français "Les chevaliers du ciel", en 2005. Encore une fois rien de nouveau dans le ciel !

Tout commence donc avec le vol d'un prototype secret, le "Nova", un avion pouvant se rendre invisible. Son pilote, le colonel Moore, est tué à son domicile par le traître Radger qui a pris son visage, pour mieux prendre sa place. Le Pentagone est sur les dents, car il y a de fortes chances que le Nova ait été livré à un groupe de terroristes, en Libye. Selon le général Barnes, le chef du projet Nova, il n'y a qu'un seul homme qui puisse aller le récupérer, le chef pilote, Vince Connors. Il a 24 heures pour récupérer l'avion; passé ce délai, des avions décollant d'un porte-avions croisant en Méditerranée, pulvériseront la base ennemie. Avec son collègue, Jannick, Vince se rend en Libye avec un avion ultra rapide, mais peu après leur atterrissage, ils sont interceptés. Jannick est fait prisonnier alors que Vince parvient à prendre le large. Les terroristes projettent d'aller bombarder avec une bombe NBC une réunion de l'ONU qui doit se tenir à Paris ! Vince reçoit l'aide d'une libyenne, Mela, à la tête d'un petit groupe de patriotes. Il peut ainsi attaquer la base des terroristes, mais Jannick est mortellement blessé. Néanmoins, Vince peut décoller avec le Nova et échapper à la DCA. Mais Radger est à sa poursuite et il doit s'en débarrasser avant de ramener le précieux prototype aux Etats-Unis.

Les scènes d'action de la seconde partie du film sont particulièrement banales, voire risibles, avec un Michael Dudikoff attaquant seul une base militaire, armé seulement d'un pistolet ! Côté avions, ce film, comme ses semblables, n'utilisa pratiquement aucun véritable appareil, bien qu'il en montre beaucoup, au sol et en l'air. L'essentiel des scènes aériennes qui occupent la première partie du film, est réalisé avec des stock footages de l'US Air Force ou empruntés à des films antérieurs

 

Les avions du film :

L'avion furtif "Nova" est un chasseur bombardier invisible, du moins pour un temps limité, ce subterfuge consommant beaucoup d'électricité...Il dispose d'un rayon de 20.000 km grâce à son "convertisseur d'énergie" (?)…Pour représenter un tel prodige, la production n'a trouvé rien de mieux qu'un simple IAI Kfir, ou plus exactement, ses images, sorties tout droit d'"Aigle de fer" (1986). Le cockpit, vu de près, est plutôt celui d'un Northrop T-38 Talon, légèrement modifié avec deux montants fixés sur le pare-brise panoramique, pour le faire ressembler (vaguement) à celui du Kfir. Quand il atterrit en "Libye", il devient, à l'arrêt, un biplace côte à côte, Convair TF-102A-5-CO Delta Dagger, vu de l'arrière ! Ce Convair (s/n 54-1353) était depuis une trentaine d'années exposé sur le terrain de Fox Field près de Lancaster (CA) où fut tournée une des dernières scènes du film. On remarque que sa peinture est passablement abimée par l'exposition prolongée au soleil. Fin 2003, il fut transporté sur la base d'Edwards, puis restauré en 2006. Il est visible depuis sur le Century circle de cette base.

Vince part en Libye avec un Lockheed SR-71, filmé sur la base de Beale (CA). Quand l'avion roule, des documents filmés prennent le relai…On y voit notamment le SR-71 ravitaillant en vol auprès d'un Boeing KC-135Q Stratotanker (s/n 59-1490) du 9th SRW (Strategic Reconnaissance Wing) basé à Beale (CA). On en voit deux autres au sol, sur la base d'"Edwards", dont le serial 60-0339, en premier plan.

L'attaque de la base ennemi est effectué a priori par des Grumman F-14 Tomcat de la VF-211 (tailcode "NG", de l'USS Constellation ou Ranger) et des McDonnell Douglas F-18 Hornet de la VFA-137 "Kestrals" (tailcode "NE" de l'USS Constellation) qui décollent d'un porte-avions (le fictif USS "Sarasota"). En l'air ces avions deviennent des Lockheed F-16, comme celui qui affronte, au début du film, le "Nova" en un combat inégal.

Au début du film, Vince et son élève, vole sur un petit Cessna A150M Aerobat (s/n A1500637, N9828J), appartenant à une société californienne, que l'on avait déjà vu dans "Aigle de fer" (1986).

Finalement, les seuls vrais avions ayant indirectement participé au tournage, à titre de figurants, sont, outre le SR-71 cité ci-dessus, ceux du Milestone of Flight Museum situé sur le terrain de Fox Field, près de Lancaster (CA). C'est là que se déroule la bagarre finale entre Vince et les terroristes.

En arrière plan, on voit ainsi un rare Armstrong Whitworth AW. 650, Argosy (c/n 6779, N1430Z), sans ses moteurs. Cet ancien avion servit dans la RAF (XP447) de 1963 à 1970.  En 1976, il fut acquis par une société américaine qui l'employa un temps en Alaska. Il fut remis en 1991 au Museum of Flight, de Santa Monica CA.

Il y a également un Fairchild C-119C Boxcar (s/n 48322, N13745) exploité jusqu'en 1987, par le Hemet Valley Flying Service, comme avion de lutte contre les incendies de forêt avec le numéro "82". Réformé en 1987, il fut acquis par le Milestone of flight Museum.

On voit également, un quadrimoteur Boeing KC-97G, un ravitailleur de la Garde Nationale de Californie (c/n 17054, s/n 53-0272). Dans un hangar, Vince se bagarre avec un terroriste juché sur un North American B-25C. Cet avion (s/n 41-13251, N3968C) vendu comme surplus en 1946 (N75635) fut acheté en 1952 par Hughes Tool Co, de Culver City (CA), la compagnie d'Howard Hughes (N3968C) qui le fit aménager en avion d'affaires. Mais cet avion n'est pas considéré comme un avion personnel de Hughes, par le livre de Th. Wildenberg et R.E.G. Davies "Howard Hughes. An airman, His aircraft and his great flights" (2006)… Réformé et stocké en 1960, il fut récupéré en 1972 par l'Antelope Valley Air Museum, de Lancaster, puis par le Milestone of flight Museum de la même ville. Il était visiblement au tout début de sa restauration au moment du tournage.

Enfin, des images de la vraie base d'Edwards montrent au début et à fin du film, des tarmacs remplis d'avions divers : Northrop F-5 et T-48 Talon, McDonnell F-4, et un solitaire Fairchild A10A Thunderbolt. On voit également, en arrière plan, avant que Vince et Jannick embarquent dans le SR-71, deux bombardiers Rockwell B-1 Lancer, ce qui place la scène sur la base d'Edwards (CA).

 

Christian Santoir

*Film disponible sur amazon.com

 

Enregistrer un commentaire

Copyright © Aeromovies. Designed by OddThemes